Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : guy goffette

Tags relatifs

Dernières notes

Maya, de Guy Goffette

Silvia Bar-Am , Composition VII, mixed media on panel, 100 x 100 cm,  1982-83   pour Annelise   Tu n’as pas vu monter le rouge au front des roses ni le soleil emballer le galop des collines, ni la nuit te battre à la course en plein midi   Tu n’as senti bleuir le couchant qu’au froid de la table sur ton ventre entre seringues et...

Publié le 21/02/2016 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Guy Goffette, Éloge pour une cuisine de province

La visite de Rembrandt     La nuit a volé son unique lampe à la cuisine piégé dans la vitre celui qui se tait debout dans la tourbe des mots Il brûle à feu très doux l'obscure enveloppe du silence (comme ces collines sous la cendre réchauffent l'aube de leur mufle) et pour la première fois peut-être son visage d'ombre est toute la lumière...

Publié le 12/07/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Paul de Roux, Entrevoir , préface de Guy Goffette

                              Verger abandonné   La mousse du vieux poirier patiente et douce murmure : « Ne bougez pas » et la solidité du bois du bon vieux tronc est douceur aussi et sûr appui.    ...

Publié le 26/02/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Guy Goffette, Un manteau de fortune (2)

                          Psaumes pour le temps qui me dure d'être sans toi   Le jour est si fragile à la corne du bois que je ne sais plus où ni comment ce matin poser mes yeux, ma voix, poser ce corps d'argile si drôlement qui craque à la croisée des ombres.   J'ai peur soudain, oui, peur de...

Publié le 17/02/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Guy Goffette, Solo d'ombres

Le pain des couples   [...]   Comme un homme sous la lampe je suis assis dans ta lumière qui chante à voix de tête Je me repose de mes ombres Dans tes doigts la cuillère est un oiseau de plus L'île des mots sans voix s'élargit jusqu'à nous           La passerelle   Sur la table désormais...

Publié le 18/07/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Guy Goffette, Solo d'ombres

                                                La femme infranchissable  ...

Publié le 15/05/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

« Je me disais aussi… », La vie promise, de Guy Goffette : poèmes… et liens…

« Je me disais aussi : vivre est autre chose / que cet oubli du temps qui passe et des ravages de l’amour, et de l’usure – ce que nous faisons / du matin à la nuit : fendre la mer, / fendre le ciel, la terre, tout à tour oiseau, / poisson, taupe, enfin : jouant à brasser l’air »  Guy Goffette, La vie promise , éd. Gallimard Ce poème, intégral, sur Carnets de...

Publié le 08/03/2013 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Max Jacob, Le Cornet à dés dans Œuvres

  Pour saluer la publication des Œuvres de Max Jacob en "Quarto" (Gallimard).                                Allusions à un apprentissage de la peinture   Passer des baccalauréats ! Mme S.. est devenue folle : tant de jeunes peintres dans une chambre ! Passer des...

Publié le 29/11/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Guy Goffette, Épilepsie force douze

    I   La parole Un seul soir ivre Le petit ramoneur ne passera plus Demandez le matin La logique où est la logique Elle boit un verre au café de la gare La mer vomit pas loin contre un poteau indicateur Si seulement les tickets L’antipode dit que c’est l’heure périodiquement   XI   Écrire ah La tête que...

Publié le 07/09/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Guy Goffette, ”L'autre Verlaine” 2

p.18:"C'est ainsi que j'abondonnai le ballon pour le vélo,sport dans lequel,partant seul et me prenant bientôt pour Robic,Darrigade ou Charly Gaul, je finissais premier au sprint sous les applaudissements nourris des oiseaux et des arbres de bordure. A la longue, ces victoires répétées me lassèrent. Puis la gloire du second à l'instar de Poulidor dont la popularité grandissait me séduit et...

Publié le 08/12/2008 dans Laura... par laura | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant