Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : gallimard

Tags relatifs

Dernières notes

Jean Clair, « Paranoïa »

Fresque de Gorgone dans la Casa dei Vettii, Pompéi   « […] Se retourner, réfléchir, relire, reprendre, c’est découvrir la face terrifiante de Méduse, subir son engourdissement qui mène à l’ankylose de la pierre. Rêver, c’est revenir, c’est devenir un revenant et commencer d’habiter chez les morts. La mort n’est pas devant nous, comme on le croit communément, elle est...

Publié il y a 10 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Georg Trakl, « Au bord du marais », 3 traductions

  «  Au bord du marais Promeneur dans le vent noir ; les roseaux secs chuchotent doucement Dans le calme du marécage. Au ciel gris Passe un vol d’oiseaux sauvages ; Diagonale sur les eaux sombres.   Tumulte. Au fond d’une cabane délabrée, La pourriture aux ailes noires prend son envol ; Des bouleaux rabougris gémissent dans le vent....

Publié il y a 26 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Une trilogie en petits morceaux

Lire, relire...   Pierre Autin-Grenier, Je ne suis pas un héros suivi de Toute une vie bien ratée et de L'éternité est inutile , La Table ronde, Petite vermillon, 2019   Toute une vie bien ratée , Gallimard, 1997. Folio, 1999   Pierre Autin-Grenier , né à Lyon il y a quelques dizaines d’’années, décédé en 2014,  circulait...

Publié le 03/11/2019 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Fureur et nostalgie

Lire, relire... Pierre Autin-Grenier, Friterie-bar Brunetti , Gallimard, L’arpenteur, 2005, La Table ronde, Petite vermillon, 2019   Les souvenirs conduisent Pierre Autin-Grenier dans le quartier de la Guillotière, à Lyon, où dans les années 1960 se côtoient la fine fleur du populaire et de jeunes apprentis poètes préparant la révolution. Il y a là, dans la Friterie-bar...

Publié le 03/11/2019 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Tchouang-tseu, « … ils chassent le désordre social pour y substituer la violence »

  « Jadis, lors de l’avènement des Tcheou, il y avait deux gentilshommes qui vivaient dans la principauté orientale de Kou-tchou, Po Yi et Chou-ts’i. Ils se dirent : “On rapporte qu’à l’Ouest règne un homme qui semble posséder le Tao. Essayons d’aller le voir.” Quand ils furent arrivés au sud du mont Ki (où se trouvait la capitale des Tcheou), le roi Wou les fit...

Publié le 13/09/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Jean Clair, « Lire, écrire »

DR   « […] Autrefois, je lisais pour ralentir mes impatiences, la lecture était capricieuse. Lire aujourd’hui réchauffe un froid intérieur et elle exige temps et continuité.   On ne lit pas en fait, on relit — comme l’enfant qui demandait qu’on lui redît le même conte pour vérifier que les personnages étaient toujours là, les mêmes visages, confrontés aux mêmes...

Publié le 28/08/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Sima Guang, « Sur les rimes du poème de Shao Yaofu, “Chant des activités dans le nid de la joie...

  « Dans la terrasse magique, libre de toute affaire, chaque jour ouvert et gai, Paisible et joyeux, revenu à la source, il ne cherche rien au-dehors. Lorsqu’il bruine et que souffle le vent froid, il reste seul assis, Et quand le ciel est clair et les scènes sont belles, il randonne à son aise. Les pins et les bambous ouvrent à suffisance ses yeux noirs, Et qui...

Publié le 27/08/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Les amours et les livres

Graham Swift, Le dimanche des mères , traduit de l’anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Gallimard, 2017, Folio, 2019 Jane et Paul sont amants. Amants cachés, car elle est une petite servante, et lui un jeune aristocrate destiné à épouser Emma, de même classe sociale que lui. Jane et Paul « avaient fait des tas de choses ensemble, dans des tas de lieux secrets. ». Mais ce...

Publié le 15/08/2019 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Philippe Forest, « Le chat de Schrödinger »

DR   « “Je cultive mon jardin”, cela signifie : “je regarde passer le temps”. Le temps pur. Délivré du souci du passé et du soin de l’avenir. À peine le présent. La sensation sans cesse répétée de l’instant. Avec au sein de chaque seconde qui s’écoule assez de matière pour donner tout un monde qui ne manque de rien. Cela fait un spectacle suffisant. De quoi remplir...

Publié le 08/08/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Peter Handke, « Lent retour »

DR   « Sorger étala sur la table les cahiers avec ses notes, chacun apparut avec sa couleur particulière et toute la surface devint en somme une carte géologique où les surfaces multicolores figuraient les divers âges de la terre. Un sentiment d’une douceur puissante et vague s’empara de lui ; bien sûr, il désirait un “supplément de lumière”. Et immobile il resta debout...

Publié le 26/07/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant