Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : recueil

Tags relatifs

Dernières notes

FRANCOIS COPPEE : LA MORT DES OISEAUX

Le soir, au coin du feu, j'ai pensé bien des fois A la mort d'un oiseau, quelque part, dans les bois, Pendant les tristes jours de l'hiver monotone, Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne, Se balancent au vent sur le ciel gris de fer. Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l'hiver ! Pourtant, lorsque viendra le temps des violettes, Nous ne trouverons pas leurs...

Publié le 31/03/2020 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Borges magyar

S’il est fait référence à Jorge Luis Borges dans cette chronique sur Le chef-d’œuvre Károly Agócs (éd. Vérone) c’est que, comme l’auteur argentin de Fictions , l’écrivain magyar a opté pour des nouvelles fantastiques, souvent très courtes même, pour des histoires où le fantastique côtoie le réalisme, dans des contes moraux et philosophiques. Károly Agócs a traduit lui-même ce livre...

Publié le 14/03/2020 dans Bla Bla Blog par Bruno Chiron | Lire la suite...

LA CIGALE (Paul-Jean TOULET)

Quand nous fûmes hors des chemins Où la poussière est rose, Aline, qui riait sans cause En me touchant les mains ; - L’Écho du bois riait. La terre Sonna creux au talon. Aline se tut : le vallon Etait plein de mystère… Mais toi, sans lymphe ni sommeil, Cigale en haut posée, Tu jetais, ivre de rosée, Ton cri triste et vermeil.  

Publié le 05/10/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

BONJOUR SEPTEMBRE

Bonjour septembre J'entends tes pas Qui craquent sur le sol De tes feuilles tombées Me gorger de balades Sous ton ciel bleu Ou ton ciel gris Me rend heureuse Dans la fraîcheur De tes jours.

Publié le 31/08/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

VIRELAI : SUIS-JE, SUIS-JE, SUIS-JE BELLE ? (Eustache DESCHAMPS 1346-1406)

Suis-je, suis-je, suis-je belle ? Il me semble, à mon avis, Que j'ai beau front et visage doux Et les lèvres rouges ; Dites-moi si je suis belle. J'ai les yeux vifs, les sourcils fins, Les cheveux blonds, le nez régulier, Rond le menton et blanche la gorge ; Suis-je, suis-je, suis-je belle ? J'ai la poitrine ferme et fière, Longs les bras,  les doigts fins, Et la taille fine...

Publié le 26/08/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

MEMOIRE

C'est comme l'écho qui continue à se répercuter après que le son s'est éteint. (Samuel BUTLER). Pourquoi faut-il que nous ayons assez de mémoire pour retenir jusqu'aux moindres particularités de ce qui nous est arrivé et que nous n'en ayons pas assez pour nous souvenir combien de fois nous les avons contées à une même personne ? (LA ROCHEFOUCAULD).

Publié le 27/07/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

UN SEUL UNIVERS

Où dorment les papillons la nuit ? Y a-t-il encore de l'eau dans les puits ? Si les anges ne font pas de bruit Si la lune dans le ciel luit Si les paroles nous divisent Je préfère faire mon analyse Je suis un animal avant tout Sans être un casse-cou ni un fou Nous vivons dans un seul univers Nous partageons ensemble la terre.

Publié le 11/07/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Entre 1719 et 1723, une secte à MONTPELLIER

Au début de mon installation à Montpellier, en 1975, je parcourais les rues de la ville. Je ne connaissais pas encore certains faits historiques qui s'y sont déroulés au cours des siècles. Quand je passais Rue des Multipliants, je ne savais pas qu'une secte avait existé au n° 5. Je ne savais pas ce que signifiait le mot Multipliants. En lutte contre prophétisme cévenol, Anne Robert,...

Publié le 07/07/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

LA SALLE A MANGER (Francis JAMMES 1868-1938)

Il y a une armoire à peine luisante qui a entendu les voix de mes grand-tantes qui a entendu la voix de mon grand-père, qui a entendu la voix de mon père. À ces souvenirs l’armoire est fidèle. On a tort de croire qu’elle ne sait que se taire, car je cause avec elle. Il y a aussi un coucou en bois. Je ne sais pourquoi il n’a plus de voix. Je ne peux pas le lui demander. Peut-être bien qu’elle...

Publié le 26/06/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Un vieux texte

En feuilletant mon premier recueil publié en 1979, je me suis arrêté sur ce vieux texte écrit voici tout juste quarante ans ! Après le petit déjeuner, il vaut toujours mieux rincer abondamment le bol dans lequel tous les espoirs du matin miroitent, surtout si l’on est coutumier des nuits blanches. Ces reflets mordorés qui clapotent dans le café au lait sont en effet tenaces et leur...

Publié le 11/04/2019 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant

Tags les plus populaires