Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poésie

Tags relatifs

Dernières notes

Concision 91

Boucles du Launchpad Comme un père son fils Je le regarde.

Publié il y a 1 jour dans Music Books... par Play B | Lire la suite...

LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE

Les vagues frôlent le quai On remonte au port Sous un ciel de nuages Et de doux paysages. Il me dit : vis le plus Longtemps possible Je voudrais oui, mais Le corps décide Et sans volonté De moi, des autres Tout s'épuise un jour.    

Publié il y a 1 jour dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Cauchemar

Est-elle droite ou raide ? Est-elle faite de roseau Ou casse-t-elle au moindre coup de vent ? La femme est ainsi faite On s’y enfonce en plume Jusqu’à tomber sur la tranche Frappé de cécité Je ne sens pas venir le coin de table Je repars en boitant L’âme pendouille et flotte Dans l’air vicié de l’humanité Froid des rencontres et chaud du large ! Revoici le début ou...

Publié il y a 4 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Jouvence de Chappaz

Approche de Maurice Chappaz. Un entretien en janvier 2007, à L'Abbaye du Châble. Le verbe de cristal de Maurice Chappaz - révélé une première fois dans sa candeur matinale alors que le monde plongeait dans les ténèbres de la Deuxième Guerre mondiale, avec le bref récit rimbaldien d’  Un Homme qui vivait couché sur un Banc, publié dans la revue Suisse romande sous l’humble...

Publié il y a 4 jours dans Carnets de JLK par JLK | Lire la suite...

Pantins

Pantins ivres, désespérés Perdus dans l’immensité de l’espace Couverts sur les étoiles Fermés sur l’orage déchaîné Tout vibrait dans le calme des ténèbres Écoute le chant des violons dans la nuit, comme ils savent pleurer sur la solitude infinie des jours monotones. Les arbres tendent leurs membres échevelés au cœur des déserts de l’obscurité où nous jetions nos pas incertains et...

Publié il y a 11 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

C'était le 8 octobre...

-332. Mort, sur l'île de Calaurie (Poros), de l'orateur grec Démosthène, farouche opposant à Philippe II de Macédoine, père d'Alexandre le Grand. 1354. Mort à Rome de Cola di Rienzo. Homme politique italien, il se fit élire tribun et fut le libérateur de l'État romain en 1347. La versatilité de l'opinion le fit périr, pendu par les pieds, au cours d'une révolte de rue. Sa vie fournit à...

Publié il y a 12 jours dans LE PHOTON par Le Photon | Lire la suite...

Souvenir de Lorraine

  « La poésie est la petite personne inaperçue dans la foule des éloquences qui se pavanent. Elle touche ceux qui peuvent écouter en silence l’écho d’une fontaine et le chant d’un oiseau. » Lorraine, le 12 septembre 2014        Je n’ai pas oublié la superbe poétesse que j’ai eu l’honneur de connaître par nos blogs respectifs. Son...

Publié il y a 14 jours dans Si l'art... par Alain | Lire la suite...

Trinité

  L’homme possède sa propre trinité Il est, lui aussi, trois personnes en lui L’homme brut ne se perçoit que dans son corps Ses émotions sont immédiates J’aime ou je n’aime pas Le palpable est son évangile Il croit et ne soutient que le présent L’homme accompli se perçoit autre Il sent en lui la légèreté de la réflexion Prisonnier, il peut se sentir libre Libre, il...

Publié il y a 14 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (246)

"J'ai regardé par la fenêtre, pieds et mains entravés. Le paysage en liberté courait crinière au vent." Laurent GRAFF La Méthode Sisik  

Publié il y a 14 jours dans La plume et... par Do | Lire la suite...

LA CIGALE (Paul-Jean TOULET)

Quand nous fûmes hors des chemins Où la poussière est rose, Aline, qui riait sans cause En me touchant les mains ; - L’Écho du bois riait. La terre Sonna creux au talon. Aline se tut : le vallon Etait plein de mystère… Mais toi, sans lymphe ni sommeil, Cigale en haut posée, Tu jetais, ivre de rosée, Ton cri triste et vermeil.  

Publié il y a 15 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant