Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : amour

Tags relatifs

Dernières notes

Sens cosmique

  Le sens cosmique, c’est le sens de l’affinité des éléments entre eux et par Dieu. C’est le sens de l’amour universel à travers l’amour des particuliers.  

Publié il y a 6 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Locédia, éphémère (26)

Non, je ne me suis pas vraiment endormi. Ce n'était pas le sommeil. Ce ne fut pas non plus une veille. Etat de somnolence qui, à un certain niveau, influence la perception extérieure jusqu'à provoquer l'évènement. J'étais, Locédia, entre toi et moi. T'avais-je oublié ou m'oubliais-je ? Je ne sais plus. Non… Ce n'était pas l'oubli, mais l'absence, une absence totale de pensées. Et soudain te...

Publié il y a 11 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

NOUVELLE LETTRE DU TOBOSO

  Don Quichotte commence comme une bouffonerie, une dérision, qui n’est absolument pas oeuvre imaginaire ou simple divertissement littéraire.     Le plaisant autodafé des livres du pauvre hobereau, que font, au chapitre  VI , le curé et le barbier, est un geste très réel : le monde du Moyen Age est rejeté, la porte qui y donne accès est murée ;...

Publié il y a 14 jours dans KMAIR* par kmair | Lire la suite...

André BRETON et le JOURNAL

Alain Pauzié, Musée d'art naïf et d'arts singuliers, Laval, 2019   ... L'acte d'amour et l'acte de poésie Sont incompatibles Avec la lecture du journal à haute voix ...   André BRETON , Constellations, Gallimard, 1968    

Publié il y a 14 jours dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Locédia, éphémère (25)

Le premier jour du printemps, quand la sève nouvelle travaille le corps, les cadavres d'amour étaient enterrés au cours d'une grande fête. De grosses pipes, utilisées une fois l'an pour la circonstance, mues par des soufflets de forge, éclairaient le puits de leurs flammes violacées tandis que le fossoyeur opérait la mise en bière des cadavres. Bien payée, il ne travaillait qu'un jour par...

Publié il y a 16 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Locédia, éphémère (23)

Chapitre 7   Locédia, nous avons vécu de merveilleuses heures dans la contemplation et la joie. Hors du temps nous fumes dévêtus de nos désirs et baignés de naïveté. Quand tu lisais assise, un genou replié sous toi et que je regardais au-delà du sable de la dune l'étalement des eaux, tu riais de mes regards et te jetais sur moi à grands cris comme un jeune chien. Nous errions, de...

Publié il y a 25 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

LA BIBLE, CURIEUSEMENT, NE S’ÉCARTE PAS DES DÉCOUVERTES SCIENTIFIQUES !

Celles-ci sont écartées, enterrées, quand elles ne plaisent pas ! Cette caractéristique « fractale » conduit à des blocages, ceux annoncés par la Bible !   TOUT CONVERGE DONC SUR LE CHANGEMENT D’ÈRE ! Ce contenu n’est pas nouveau, a déjà été présenté mais moins schématiquement. (Le masculin sera privilégié dans cette société...

Publié il y a 29 jours dans XYZ, ABCD par Pedros | Lire la suite...

Pascal, Jean Louis, Didier, Lionel, Serge et les autres.

Mon premier amoureux s'appelait Pascal. J'étais dans sa classe, à l'école maternelle qui était mixte. Il était blond et avait un visage d'ange, c'était mon avis. Un jour, en rentrant de l'école, pour exprimer mon amour pour ce petit garçon, je dis à ma mère : "je voudrais un petit frère qui s'appelle Pascal M....". Ma mère m'a écoutée sans comprendre vraiment, elle a souri et n'a pas relevé....

Publié il y a 29 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Locédia, éphémère (22)

Je t'ai retrouvée, nonchalante aux regards des hommes. Nous nous sommes assis au fond d'un café circulaire, au dernier rang des fauteuils tournés vers la baie vitrée qui sépare de la rue et avons contemplé la lente promenade des passants. Assis presqu'au centre de gravité de la circonférence en mouvement du café, la vitesse de rotation de l'ensemble nous paraissait et permettait de suivre...

Publié le 15/09/2019 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Locédia, éphémère (21)

Un jour de pluie, nous sortîmes pour plonger dans la foule. Incapables de parler, indifférents l'un à l'autre, nous poursuivions un monde d'images et de sons qui continuait à frémir en nous. Je laissais glisser ma main sur la file de voitures rangées le long du trottoir, semblables à de monstrueuses dépouilles temporaires. Elle s'arrêta à la porte du cinésens, troublée par la multitude...

Publié le 11/09/2019 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant