Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poème

Tags relatifs

Dernières notes

Vladimir Maïakovski, Lettre à Lili Brik, 1917-1930

    Ce qui s’ensuivit   Plus qu’il n’est permis, plus qu’il ne faut, — comme un délire de poète surplombant le rêve : la pelote du cœur se fit énorme, énorme l’amour, énorme la haine. Sous le fardeau, les jambes avançaient vacillantes, — tu le sais, je suis pourtant bien bâti — néanmoins je me traîne,...

Publié il y a 23 jours dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Septième poème du bois de chauffage

Ces temps la nature s’active elle brasse elle fait ce qu’elle a à faire Tout craque tout grince tout plie la nuit remue comme disait le poète aux lunettes noires Les frênes se frottent les uns aux autres et le vent fait tomber leurs branches mortes je n’ai plus qu’à me baisser On dirait que le vent est un travailleur énergique et motivé pour le petit bois Ça tombe bien pas...

Publié il y a 24 jours dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

LA PETITE RUE SILENCIEUSE (Paul Fort)

Ce poème me rappelle mon enfance, ma petite soeur l'avait appris et avait dessiné la petite rue sur la page de gauche de son cahier de récitations. LA PETITE RUE SILENCIEUSE Le silence orageux ronronne. Il ne passera donc personne ? Les pavés comptent les géraniums. Les géraniums comptent les pavés. Rêve, jeune fille, à ta croisée. Les petits pois sont écossés. Ils...

Publié il y a 24 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Il n’y a rien qu’une maison

Apparemment, il n’y a rien qu’une maison Une maison charmante au pied d’une colline, Une porte blanche qu’il suffit de pousser Et quelques fleurs autour de la maison Mais si le passant s’attarde davantage, Au fil des heures, la maison l’ensorcelle Il croit d’abord que ce sont les dorures des livres Ou la calme chaleur des abat-jours Puis il découvre une fée. Elle n’a pas de...

Publié le 23/09/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Poème : Ecoute

Ecoute, sinon ta langue te rendra sourd ! (Sitting Bull, chef indien) Voir un poème sur l'écoute ci-après. A toi homme agité, balloté de tous côtés, toi qui fatigué à force de raisonner, Arrête quelques instants! Laisse de côté, soucis, problèmes, agitations mondaines! Décharge ton fardeau. En ton cœur, rentre, assieds toi! Prends ton temps, tu es chez toi. Et dans le silence lumineux...

Publié le 18/09/2017 dans Un temps... par syb24 | Lire la suite...

âme

Je n’ai que mon âme à te donner Elle n’est qu’un filet d’eau Qui coule goutte à goutte Suintant un amour discret Certains jours elle se veut libre Et refuse tout jaillissement Asséchée, elle dénie ta présence Et erre dans un indescriptible désert Fait de désirs et de rêves Non assouvis et enchanteurs Qui disparaît dans la confrontation Avec la vie dure et trompeuse...

Publié le 18/09/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Symphonie sylvestre

Mille bras tendus vers le ciel Non pour implorer sa clémence Mais pour célébrer l’infini Quoi de plus majestueux que l’arbre Entremêlant ses branches à ceux des autres Leur disputant la lumière et l’ouverture Avec sagesse et mesure, sans arrogance Certes, il y a des vainqueurs et des vaincus Certains s’étiolent avant d’atteindre l’épanouissement D’autres buttent sur plus...

Publié le 14/09/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Eau

Tu es eau, pure, à soixante pour cent Tu n’es cependant pas transparent Ton œil, mouillé, ne voit pas la larme Et ainsi l’eau, qui huile son charme Pourtant tu aimes le soleil asséchant Qui t’enlace tendrement dans le couchant Et le feu que l’eau vainc facilement Ou qui l’épuise subtilement L’eau t’entraîne vers les rivages Où tu contemples l’horizon sauvage Frontière...

Publié le 07/09/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Echappée

Ce n’est pas moi, te dis-je, qui est maladroit, C’est elle ; regarde-la, innocente, immobile, Reposer chaque doigt sur la pointe d’une étoile Et se mouvoir dans la souplesse de l’eau. Attendrie et fidèle, parfois elle vient caresser Un sourire ou une paupière inquiète, A cet endroit où la peau est usée Et se fait plus douce au bout des doigts. Mais d’autres jours, fatiguée,...

Publié le 31/08/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Insomnie

Ne plus voir dans l’œil que l’on croise Ignorer les doigts fragiles qui se tendent Ne plus même entendre les pas derrière soi Ou la plainte silencieuse arrêtée sur les lèvres Partir sur l’asphalte les yeux clos L’oreille sourde, la main sur le bâton Souvenirs encore de ce rêve ébauché Un matin où le soleil rouge sur la ville Ensanglantait les visages fermés et muets Puis le...

Publié le 27/08/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Page : Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant