Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : james sacré

Tags relatifs

Dernières notes

James Sacré, Broussaille de bleus

           Fontaine de mémoire   Une fontaine fait son bruit de fontaine Donne son eau claire Au silence des buissons, on ne sait plus Si le jour est grand bleu ou larges avancées de nuées Tout s’efface ou brille un peu Parmi des débris de mémoire.   Des pays traversés s’emmêlent En quelques mots...

Publié il y a 15 jours dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean-Louis Giovannoni, dans la revue A L'Index 31...

Je reviens à ce numéro 31, en retard d’écriture puisque le numéro 32 vient de paraître…  Encore, relire la quatrième de couverture, avec le manifeste poétique de Jean-Pierre Chérès . J’en picore un fragment. "Être poète, c’est se donner corps et esprit à la présence du monde, c’est être possédé par le monde, c’est ouvrir en permanence ses antennes sensibles à l’univers…". Manifeste de...

Publié le 17/01/2017 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

James Sacré, Cappuccino brioche au Belvedere Bar à Montalcino

                              Si j’étais peintre et doué pour le dessin En quelques traits et taches de couleur J’aurais là sur le papier ce qu’on voit de la campagne par le fond vitré du café : Au pied des dernières maisons avant la chute en presque falaise Toits de tuiles qui se distinguent mal de...

Publié le 10/01/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

James Sacré, Écrire à côté

Un restaurant dans Paris      Ce 3 décembre 1988    Les peupliers ne sont plus qu’un peu de gris léger    Sur la pierre ensoleillée des immeubles, quai d’Orléans    Quai de Bourbon. On voit maintenant mieux    Les taches de bleu que font les portes cochères dans les arcatures d’anciennes demeures.    On y...

Publié le 19/08/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

James Sacré, « Des pronoms mal transparents »

© : Brigitte Palaggi   « Je sais mal comment la rêverie arrondit un vert en forme de pré ; on irait dedans avec une allure de promenade ou bien c’est qu’on serait venu voir comment les châtrons profitent. On fait les maniements pas forcément d’un toucher sûr, mais ce qui compte c’est plutôt l’ombre des arbres qui grandit en cette fin de dimanche et la couleur des luzernes,...

Publié le 08/08/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

James Sacré, Figures qui bougent un peu, et autres poèmes

                            Figure 9   La nuit la neige ou presque la nuit le soir les arbres immobiles qui sont dedans, les talus hauts les maisons ou rien que des vieux hangars sont allongés là contre j’aimerais penser à d’autres lieux...

Publié le 28/02/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Quelque chose de mal raconté (extrait), de James Sacré

Marc Léonard , L'âme du chien errant autour de la maison abandonnée -  73 x 100 cm     Le printemps fait venir des couleurs aux maisons d’un quartier avec des arbres des pelouses et beaucoup de bleu paraît l’impression qu’on a c’est un peu comme de passer dans l'air et du terreau mêlés à travers des serres bien entretenues très suffisamment...

Publié le 20/02/2016 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

James Sacré, Dans l'œil de l'oubli, suivi de Rougigogne

                                                          J’ai bien conscience souvent que j’écris en mêlant les...

Publié le 29/11/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

James Sacré, Dans l'œil de l'oubli, suivi de Rougigogne

                                                    Cahiers guenille      Il y a ces premiers cahiers, quatre ou cinq,...

Publié le 07/06/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

James Sacré, Cherchet-on le père qu'on a eu ?, dans Rehauts

                   Juste après qu’on a dépassé Carcassonne Venant de Montpellier On entre comme dans les couleurs que sont Les toiles de Bentajou, visage rouges En bord de labours ocre rose ou marron Ou leurs feuillages morts Avec des traces de verdure. Bentajou A tiré de cela...

Publié le 06/03/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant