Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : georges bataille

Tags relatifs

Dernières notes

Georges Bataille, Manet

                             Une subversion impersonnelle   Qu’est donc Manet, sinon l’instrument de hasard d’une sorte de métamorphose ? Manet participa au changement d’un monde dont les assises achevaient lentement de glisser. Disons dès l’abord que ce monde était celui qui jadis s’ordonna dans les...

Publié le 02/06/2020 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Madame Edwarda (Georges Bataille)

Mieux vaut réfléchir à deux fois avant d’ouvrir un livre de Bataille ; après, on ne sera plus exactement le même. Il s’est attaqué aux sujets les plus difficiles, les plus dangereux. Philippe Sollers : « À côté des récits de Bataille, la plupart des romans paraissent fades, lâches, timides, apeurés, lourds, lents, économiques, et surtout prudes jusque dans leur laborieuse pornographie. »...

Publié le 12/05/2020 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Laure, Écrits

   Je le sens bien maintenant : « mon devoir m'est remis » lequel exactement ?    C'est parfois si lourd et si dur que je voudrais courir dans la campagne.    Nager dans la rivière     oublier tout ce qui fut, oublier l'enfance sordide et timorée, le vendredi Saint, le mercredi des cendres,    l'enfance tout endeuillée à...

Publié le 22/02/2018 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Bataille, William Blake, La Littérature et le mal

                                          L’enseignement de Blake se fonde ( …) sur la valeur en soi — extérieure au moi — de la poésie. " Le Génie Poétique, dit un texte significatif 1 , est l’Homme véritable, et le corps, ou la forme extérieure de l’homme, dérive du Génie...

Publié le 28/09/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

ROMANCIERS FRANÇAIS DE LA PREMIÈRE MOITIÉ DU XXe SIÈCLE : SÉLECTION D’APHORISMES

            J’ai entrepris de rassembler les meilleurs aphorismes des romanciers français du XXe siècle. Mais j’aboutissais à une page tellement pléthorique que je l’ai scindée en quatre parties. Voici la deuxième, qui couvre la première moitié du XXe siècle, c’est-à-dire les romanciers nés entre 1870 et 1906. Cette page prend la suite directe de la page des...

Publié le 25/05/2017 dans Dernière gerbe par Le déclinologue | Lire la suite...

Pas froid aux yeux

Tirée à quatre épingles, on lui donnerait le bon Dieu sans confession... avant qu'elle ne déchaine toute la force de ce monologue frénétique et sacrilège, à classer triple X. L'affaire a commencé en douceur. Le phrasé de Stéphanie Aflalo est millimétré. Fausses hésitations et silences calculés qui sèment le trouble, petites ambiguïtés, légers abandons. Il faut cela: le texte de...

Publié le 23/05/2017 dans Un Soir Ou... par guy | Lire la suite...

Georges Bataille, L'expérience intérieure

                                              (…) Il y a quinze ans de cela (peut-être un peu plus), je revenais je ne sais d’où, tard dans la nuit. La rue de Rennes était déserte. Venant de Saint-Germain, je traverserai la rue du Four (côté poste). Je tenais à la main un...

Publié le 11/04/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Bataille, Poèmes

ma folie et ma peur ont de grands yeux morts la fixité de la fièvre   ce qui regarde dans ces yeux est le néant de l’univers nos yeux sont d’aveugles ciels   dans mon impénétrable nuit est l’impossible criant tout s’effondre   Georges Bataille, Poèmes, dans Œuvres complètes, IV , Gallimard, 1971, p. 16.  

Publié le 06/12/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Bataille, Le loup soupire

                                                  Le loup soupire   Le loup soupire tendrement dormez la belle châtelaine le loup pleurait comme un enfant jamais vous ne saurez ma peine le loup pleurait comme un enfant  ...

Publié le 08/08/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Bataille, Minibus date lilia plenis, dans L'Expérience intérieure

                                 Qui suis-je pas « moi » non non mais le désert la nuit l’immensité que je suis qu’est-ce désert immensité nuit bête vite néant sans retour et sans rien avoir su Mort réponse éponge ruisselante de songe solaire enfonce-moi que...

Publié le 04/06/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 Suivant