Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : amant

Tags relatifs

Dernières notes

Charles Reznikoff, La Jérusalem d'or

58   Tu crois que tu es une femme parce que tu as des enfants et des amants ; mais dans la rue quand il n’y a qu’Orion et les Pléiades pour nous voir, tu te mets à chanter, tu joues à la marelle.   71 Lorsque le ciel est bleu, l’eau, sur fond de sable, est verte. On y déverse des journaux, des boîtes de conserve,    un...

Publié le 21/10/2018 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

E. E. Cummings, une fois un (traduction Jacques Demarcq)

                                    l’amour est une source à laquelle s’abreuvent ces fous qui ont grimpé plus raides que les espoirs sont peurs simplement pas toujours nommées des montagnes plus si quand chaque totalité connue s’évapore   insouciants sont les amants qui...

Publié le 08/11/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Carol Ann Duffy, Valentine

                               Valentine   Non une rose rouge ou un cœur de satin   Je te donne un oignon. Une lune enveloppée dans du papier Kraft. Il promet la lumière comme l’amour délicatement déshabillé.   Tiens. Comme un-e amant-e tu seras Aveuglé-e par les...

Publié le 04/10/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Paul de Roux, Poèmes des saisons

                                                   En hommage à Paul de Roux, décédé dans la nuit du 27 au 28 août   D’où viens-tu, Été qui n’est plus là quand même ce serait ta saison, et qui soudain nous effleures et nous gagnes ? toi...

Publié le 01/09/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Dodoïtsu : Les montagnes, les rizières et la mer

      Dodoïtsu   Que les grenouilles Coassent dans l’eau Et se lèvent dans ma mémoire Les jours anciens   Sans doute viendra-t-il, mon bien-aimé Et les soirs où il vient Derrière, sur l’étang aux lotus Les canards s’envolent   Buvons, chantons Que serons-nous demain ? Aujourd’hui, à mi-chemin nous...

Publié le 29/09/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Au placard

Profitant de l'absence de son mari en voyage d'affaires, une femme a fait venir son amant chez elle. Et voilà que vers minuit, une clé tourne dans la serrure. - Ciel, mon mari ! s'écrie-t-elle. Il ne devait rentrer que demain soir... - Où est la porte de service ? demande l'amant en se rhabillant précipitamment. -Il n'y en a pas, répond la femme, affolée. Viens vite dans la chambre du...

Publié le 14/08/2015 dans Blog de Blagues par Kyral | Lire la suite...

LA VIE QUI S’ÉLOIGNE

    LA VIE QUI S’ÉLOIGNE   Le combat fait rage jour et nuit. Obscénité d'une toux sèche qui déchire Une respiration qui peu à peu s'épuise.   Admirable de volonté malgré l'épuisement, La jeune femme épouvantée, ivre de son mal, S'éloigne de la vie dans un mensonge inutile.   Dans le cri du silence recouvert par le bruit,...

Publié le 10/10/2014 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

Sappho, fragment 31, dans Yves Battistini, Lyra erotica

Mes yeux sont éblouis : il goûte le bonheur des dieux cet homme qui, devant toi, prend place, tout près de toi, captivé, la douceur de ta voix et le désir d'aimer qui passe dans ton rire. Ah ! c'est bien pour cela, un spasme étreint mon cœur dans ma poitrine. Car si je te regarde, même un instant, je ne puis plus parler, mais d'abord ma langue est brisée, voici...

Publié le 22/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jack Spicer, c'est mon vocabulaire qui m'a fait ça

Un livre de musique   Arrivant à la fin, les amants Sont épuisés comme deux nageurs. Où Cela finissait-il ? On ne peut pas savoir. Aucun amour n'est Comme un océan avec le cortège vertigineux des limites des vagues Desquelles deux peuvent émerger épuisés, ni un long adieu Comme la mort. Arrivant à la fin. Plutôt, dirais-je, comme une longueur De corde...

Publié le 20/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georges Bataille, Poèmes, dans Œuvres complètes, IV

Le loup soupire…   Le loup soupire tendrement dormez la belle châtelaine le loup pleurait comme un enfant jamais vous ne saurez ma peine le loup pleurait comme un enfant   La belle a ri de son amant le vent gémit dans un grand chêne le loup est mort pleurant le sang ses os séchèrent dans la plaine le loup est mort pleurant le sang....

Publié le 04/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant