Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : sainte-beuve

Tags relatifs

Dernières notes

Contre Sainte-Beuve

Ce qui intéresse Sainte-Beuve dans le christianisme n’est pas tant le Christ ou la Révélation, mais l’impact du christianisme sur la littérature, française notamment (cf. « Port-Royal » ). Bien qu’il soit athée, cela n’empêche pas Sainte-Beuve de délivrer des certificats de christianisme, ou de les refuser à tel ou tel – Molière par exemple ; et, de façon plus étonnante,...

Publié le 15/11/2016 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Folie de la croix, folie des hommes

On retrouve sous la plume de Sainte-Beuve ( «Port Royal» , 1840) l’expression «folie de la croix» pour parler de l’exécution de Jésus-Christ. Sympathisant du mouvement janséniste hostile aux méthodes jésuites et à la théologie médiévale, Sainte-Beuve était et demeura néanmoins athée. Il est l’auteur d’une impossible étude du christianisme d’un point de vue extérieur, sous l’angle de la...

Publié le 09/11/2016 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Julien Gracq, Jean-Philippe Domecq et Pierre Jourde face à la comédie de la critique littéraire

Photographie (détail) de Juan Asensio. Jean-Philippe Domecq dans la Zone . Études sur le langage vicié . Jean-Philippe Domecq, avec le volumineux livre regroupant trois ouvrages qui vient tout récemment de paraître chez Pocket (1), illustre d'abondance le constat imparable que Julien Gracq, dans un petit texte aussi vif que lucide et devenu, justement et presque...

Publié le 11/11/2015 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

La gloire de l'imagination et l'industrie de la gloire

  Sainte-Beuve, dans la Revue des deux Mondes, en 1839, méprisait la littérature industrielle : "(...) De tout temps, la littérature industrielle a existé. Depuis qu’on imprime surtout, on a écrit pour vivre, et la majeure partie des livres imprimés est due sans doute à ce mobile si respectable. Combinée avec les passions et les croyances d’un chacun, avec le talent naturel, la...

Publié le 26/08/2014 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

Critique littéraire

Le critique littéraire qui refuse ou s'abstient d'entrer dans le domaine de la science méconnaît la littérature. Il n'est pas un littérateur digne de ce nom ou digne d'intérêt qui fera volontairement de la littérature de genre, s'adressant plutôt aux enfants qu'aux adultes, aux hommes qu'aux femmes, aux esprits qui ont le goût de la science plutôt qu'à ceux qui préfèrent demeurer bêtes, etc....

Publié le 23/04/2014 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

L'émergence du cadavre en littérature (4)

Comme le souligne Yves Bonnefoy dans les Tombeaux de Ravenne , le concept et l’ornement ont ceci de commun qu’ils cherchent à fonder la vérité sans la mort, à faire enfin que la mort ne soit plus vraie. ». Or écrit-il « il y a un mensonge du concept en général »(1) ; comme il y a, pourrait-on avancer ici, un mensonge de la description en général, dès lors qu’elle...

Publié le 27/06/2013 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

REDUITS à GUEANT ?

    C'est l'effet et le but de la civilisation, de faire prévaloir la douceur et les bons sentiments sur les appétits sauvages.   Charles Augustin SAINTE-BEUVE , Port-Royal, 1859.   On peut aussi lire "appétits de suffrages".   Toutes les acquisitions de l'humanité pendant des siècles de civilisation sont là, (...), déposées dans la science (...),...

Publié le 07/02/2012 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Je relis:”La harpe éolienne” de Coleridge, traduit par Sainte-Beuve(pour préparer le spectacle de...

Sainte-Beuve — Les Consolations XXVII. La Harpe éolienne À mon ami Victor Pavie ; traduit de Coleridge La Harpe éolienne         Ô pensive Sara, quand ton beau front qui penche, Léger comme l’oiseau qui s’attache à la branche, Repose sur mon bras, et que je tiens ta main, Il m’est doux, sur le banc tapissé de jasmin, À travers les rosiers, derrière la...

Publié le 17/01/2012 dans Laura... par laura | Lire la suite...

Xavier Marmier et la Hollande (1)

  Sur les traces d’un grand voyageur         « […] j'ai voulu me créer un refuge solitaire où, à défaut de la joie, je cherchais la résignation, et cette résignation, dernier appui de l'homme qui a perdu tout ce qu'il aimait, je n'ai pu l'acquérir. J'ai suivi le conseil des philosophes, ces grands connaisseurs de l'âme humaine qui indiquent...

Publié le 21/09/2010 dans flandres-hol... par daniel cunin | Lire la suite...

Au Danemark

Une sorte de dogme rédigé en lettre de plomb surplombe la littérature bourgeoise, comme quoi le style serait l'homme lui-même ou son empreinte. Madame de Staël ou Sainte-Beuve sont les principaux prêcheurs de cette paroisse. En persuadant par-derrière Sainte-Beuve qu'une femelle qui se branle en se remémorant les pâtisseries de son enfance mérite elle aussi d'être appelée...

Publié le 21/01/2009 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant