Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : gautier

Tags relatifs

Dernières notes

”Tu n'es pas (si) petit !” d'Anna Kang et Christopher Weyant

Deux créatures se rencontrent. Le premier dit au second qu'il est petit, le second dit alors au premier qu'il est grand. Une dispute éclate et les deux créatures veulent absolument avoir raison. Quand tout à coup, débarque deux autres créatures (encore plus grand que le premier et encore plus petit que le second) ! Ils comprennent alors rapidement que tout dépend du point de vue où...

Publié le 12/09/2014 dans Les Petits... par Lizouzou | Lire la suite...

Poème du jour...

Noël Théophile Gautier (1811-1872)   Le ciel est noir, la terre est blanche ; - Cloches, carillonnez gaîment ! - Jésus est né ; - la Vierge penche Sur lui son visage charmant. Pas de courtines festonnées Pour préserver l'enfant du froid ; Rien que les toiles d'araignées Qui pendent des poutres du toit. Il tremble sur la paille fraîche, Ce cher petit...

Publié le 26/12/2013 dans Les songes... par Kraly | Lire la suite...

L'émergence du cadavre en littérature (4)

Comme le souligne Yves Bonnefoy dans les Tombeaux de Ravenne , le concept et l’ornement ont ceci de commun qu’ils cherchent à fonder la vérité sans la mort, à faire enfin que la mort ne soit plus vraie. ». Or écrit-il « il y a un mensonge du concept en général »(1) ; comme il y a, pourrait-on avancer ici, un mensonge de la description en général, dès lors qu’elle...

Publié le 27/06/2013 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Poème du jour...

Chanson d’automne   (extrait) Déjà plus d’une feuille sèche Parsème les gazons jaunis ; Soir et matin, la brise est fraîche, Hélas ! les beaux jours sont finis ! On voit s’ouvrir les fleurs que garde Le jardin, pour dernier trésor : Le dahlia met sa cocarde Et le souci sa toque d’or. La pluie au jardin fait des bulles ; Les hirondelles sur le toit Tiennent des...

Publié le 30/10/2012 dans Les songes... par Kraly | Lire la suite...

IKEA, c'est terminé pour moi aussi.

J'invite tout à fait à lire le témoignage de Philippe sur ses déboires avec IKEA. J'ai eu exactement les mêmes chaque fois que j'ai demandé une livraison chez eux. Ils sous-traitent et se moquent comme d'une guigne du suivi. Non pas que leeurs employés ne soient pas charmants, au contraire, mais plutôt que le système qu'ils ont choisi pour assurer les livraisons n'est pas sérieux. Quand on...

Publié le 10/03/2012 dans L'Hérétique... par L'Hérétique | Lire la suite...

Rien à faire, je suis catholique

Rien à faire : c'est désespérant. Quelle que soit la direction dans laquelle je me tourne, je réalise que mes valeurs sont profondément catholiques. En fait, il ne me manque que la foi. Je sais, c'est ennuyeux de ne pas croire pour un catholique. En fait, je ne revendique pas le cahtolicisme, mais je le constate chaque fois que l'on m'interroge sur mes valeurs. Jésus de Nazareth représente...

Publié le 01/07/2010 dans L'Hérétique... par L'Hérétique | Lire la suite...

Les extrêmes-droites en France, aux Mercredis de la Nar (1)

            Dans l’ouvrage qu’il consacre aux « extrêmes droites en France », Jean-Paul GAUTIER, historien et politologue, montre que le FN est issu d’une nébuleuse de petites formations et de groupuscules divisés en plusieurs courants idéologiques... : le combat pour l’Algérie française, qui ne mobilisa pas la seule extrême droite,...

Publié le 09/02/2010 dans LAFAUTEAROUS... par lafautearousseau royaliste | Lire la suite...

Au bord de la mer

La lune de ses mains distraites A laissé choir, du haut de l'air, Son grand éventail à paillettes Sur le bleu tapis de la mer. Pour le ravoir elle se penche Et tend son beau bras argenté ; Mais l'éventail fuit sa main blanche, Par le flot qui passe emporté. Au gouffre amer pour te le rendre, Lune, j'irais bien me jeter, Si tu voulais du ciel descendre, Au ciel si je pouvais...

Publié le 22/01/2008 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

La faute à Baudelaire

Baudelaire et Gautier sont à la limite de ce qu'un profane peut écrire sur la peinture. Baudelaire en a conscience lorsqu'il écrit que la poésie est sans doute le seul biais pour exprimer quelque chose de juste sur la peinture. Néanmoins Baudelaire trouve sa légitimité dans son amour - sa passion même -, pour cet art, qu'il tient de son père. En quelque sorte il s'exprime toujours par...

Publié le 10/01/2007 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Tirer le portrait

D'avoir pu admirer en passant deux ou trois portraits magistraux du Titien et de Vélasquez dans le nouveau temple japonais de la Joconde, à une heure silencieuse, m'a fait changer d'avis. Tant pis pour Clarisse Strozzi, j'ai choisi plutôt le Grand Palais et les "portraits XVIIIe et XIXe". Une expo plus didactique, limite intello, mais les bobos devant les Titien au Luxembourg… leurs...

Publié le 05/12/2006 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Page : 1