Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : écriture

Tags relatifs

Dernières notes

UNE MAISON ABANDONNEE

Une maison abandonnée Cherche encore ses habitants Ce qu'elle voulait me raconter Me paraissait si important Que je suis revenue deux fois Au loin j'entendais quelques voix Qui n'avaient rien de mystérieux La maison ouvrait ses grands yeux Des voix d'ouvriers qui travaillent Au bout du jardin en broussailles Rendaient cet endroit bien étrange Abandonné, ce lieu vivant ? Sur le côté...

Publié il y a 13 heures dans depoésiesenp... par Elisabeth LEROY | Lire la suite...

De la violence historique

C’est un vaste sujet que celui ayant trait à la violence dans l’histoire. Le cadre étroit d’un texte ordinairement couché sur un blog ne saurait donc satisfaire à l’exigence de clarté que commande sa gravité, si tant est qu’on veuille le sérieusement traiter. De plus, je n’ai sans nul doute pas tous les éléments en ma possession pour en faire une analyse complète et quand bien même les...

Publié il y a 4 jours dans L'EXIL DES MOTS par Bertrand REDONNET | Lire la suite...

Justice et justiciables

Piégé par un journaliste, Jean Marc Rouillan a écopé d’un an de prison ferme après avoir passé 25 ans de sa vie dans les geôles de l’État de droit ! Un an de plus pour un mot malheureux, dont il s’est expliqué et qu’il a qualifié  lui-même de « pas très malin.» Mais dans un monde inversé, le mot coûte plus cher que la chose, l’allusion est plus punissable que le fait....

Publié il y a 6 jours dans L'EXIL DES MOTS par Bertrand REDONNET | Lire la suite...

Regard

Glisse-toi dans ton ombre Epouse cette sombre pénombre Qui traverse ta vie Et l’enchante sans avis Entre dans la tente Et couvre ta tête imprévoyante Assainis ton être démuni De la caresse des nuits Seras-tu la mort voilée Ou la transparence étoilée Tu glisses entre les gouttes Et seul poursuis ta route Parti dans l’atmosphère Tu n’es plus sur terre Ta légèreté...

Publié il y a 7 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

APRES L'ORAGE

Le temps fait  Ce qui lui plait Jours de pluie Jours de soleil Les paysages Ne sont pas pareils Après l'orage Plus de bruit La nature se remet Et fait des projets.

Publié il y a 8 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Canicule

La rue est ronde de la chaleur Qui tombe du ciel lentement Avec la douceur d’un agneau Et la berce d’apesanteur Les voix traversent l’air densifié Elles pépient en oiseaux polis Pénètrent l’oreille voluptueusement Et montent en vrille dans la nuit Toutes fenêtres grandes ouvertes Comme un pois chiche vous flottez Aucun souffle ne vous chasse Vous êtes là, patients,...

Publié il y a 11 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Marcel Prout

Quelles qu'aient été les conditions de notre enfance, celle-ci regorge toujours a posteriori d’insignifiants détails qui, sans que l’on sache vraiment pourquoi, sont restés insensibles à l’érosion du temps et ont ainsi accédé au rang des souvenirs indélébiles. Quand on se retourne un moment vers les premiers horizons, ils forment une mosaïque de broutilles remarquables, bien à part des...

Publié il y a 14 jours dans L'EXIL DES MOTS par Bertrand REDONNET | Lire la suite...

Tous les conspirateurs – Christopher Isherwood

Philip est un jeune employé de bureau durant l'entre-deux guerres qui rêve de se consacrer à l'écriture et à la peinture. Démissionnaire, cet orphelin de père, issu d'une famille de la bourgeoisie, doit faire face à l'influence d'une mère très présente qui rêve d'un avenir plus conventionnel et stable pour lui. Comment échapper aux pressions de son milieu social pour ce jeune homme,...

Publié il y a 18 jours dans Fahrenheit 451 par Alix | Lire la suite...

Travail dominical

Le mois d’août avait été opiniâtrement bleu et des semaines durant des vents tièdes et poussiéreux avaient soufflé du sud-est. Quoique faibles, ils n’en  bousculaient pas moins des fétus de paille qui s’envolaient haut, très haut en tournoyant longtemps au-dessus des chaumes à la faveur des courants chauds. Les paysans appelaient ce phénomène «des sorcières» et affirmaient qu’il était...

Publié il y a 18 jours dans L'EXIL DES MOTS par Bertrand REDONNET | Lire la suite...

SEPTEMBRE

Ses cheveux blonds Couleur de paille Sa robe blanche Comme la lune Ondulaient au vent.

Publié il y a 19 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant