Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poésie

Tags relatifs

Dernières notes

marchand d'âges

Qui veut d'un lot de chaînes et d'un collier rouillés ? Pour qui cette rengaine aux modes éculés ? Qui prendrait sous son aile une bouteille vide ou bien cet oreiller saturé d'acarides ? Qui mangerait ce pain rassis depuis Bastogne ? Et qui s'emparerait de puériles besognes ? Qui souffrira qu'un jour ne finisse jamais ? De ces vaines amours, qui donc s'inquièterait ? Il est beau mon...

Publié il y a 24 jours dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Affection

Trois jours de folie… Dans mon lit… Étendu sur ma couche, sans volonté… Un rat crevé, la bouche de fièvre embellie… Rien ne pouvait m’en faire bouger… Les vagues bruits de la circulation Les cris d’une cour de récréation L’automne sale qui coule aux murs Et rend la traversée d’une rue si peu sûre Et moi, engoncé dans mon cocon L’oreille pâle et l’œil hagard Clignotant à...

Publié il y a 25 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Bafouille #LaïcHard

B enet dicte, A me élit F orce est de constater qu'ils restent dans leurs lies O h, vindicte ! U rée sourde !! I l n'est que du malheur à goûter à ta gourde L ivre blanc ? L ivre ou ver ? E h, c'est-y des façons d'en faire des Mystères ? L entement A pre vent I l faut t'y résigner C omme un soupir aimant, demeure en ton foyer H agiographe... A h, quel taff ! R envoyer ton...

Publié il y a 26 jours dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Concision 75

Dans ses cheveux Des fils d'argent Ensemble vieillir.

Publié il y a 27 jours dans Music Books... par Play B | Lire la suite...

Eirin 115

E lle est rentrée avec... puis s'est laissée tomber entre les bras replets du fauteuil vert I l serait bientôt sec... le bouquet de genêts ne connaîtra jamais Sèvres ni verre R êverie ni chanson n'emportent plus son âme sur les vents du Galway vers les Aran I l n'est plus de raison même d'en faire un drame Ulster lui a repris son Adhamhan N ues comme le Burren ses mains demeurent...

Publié il y a 28 jours dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (212)

"Ses articulations étaient en bon état, sa musculature aussi, à l'exception peut-être d'un léger relâchement. Son cœur, par contre, était tapissé de graisse et battait lourdement, ce n'était plus qu'une charge, un boulet, pas une source de vie. On pouvait à tout instant craindre qu'il ne s'arrête, paralysant le corps de son propriétaire, le privant de son fluide essentiel et le précipitant...

Publié il y a 29 jours dans La plume et... par Do | Lire la suite...

CACTUS DE NOEL

Couleurs intenses Nature épanouie Bourgeons éclatés.

Publié il y a 29 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Irrécupérable poésie

Pasolini en dialogue posthume. En mémoire de la terrible nuit du 1er novembre 1975... «Je sais que la poésie n’est pas un produit de consommation ; je vois bien ce qu’il y a de rhétorique dans le fait de dire que même les livres de poésie sont des produits de consommation, parce que la poésie au contraire échappe à cette consommation. Les sociologues se trompent sur ce point,...

Publié le 18/11/2017 dans Carnets de JLK par JLK | Lire la suite...

HAÏKUS DU PEU D'EXISTENCE

12/12 Note sur la série qui s'achève :  Ces douze perles de chèvre (les chèvres, a égalité avec les huîtres - quoique dans une autre palette de couleurs et une autre consistance -, ne sont-elles pas orfèvres en matière de perles ? A quand la fable "L'huître et la chèvre", monsieur de La Fontaine ?) avaient été déposées dans un tiroir, où l'oubli a pris le temps de les conserver...

Publié le 15/11/2017 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

automn leaves (quits? )

L a forêt, le front bleu et les doigts enflammés sur un tapis de mousse, pleuvait quelques châtaignes que nous préférerons toujours à ces gorets tombés, d'on sait bien où, sur nos frêles enseignes O ù vas-tu marcassin ? Pleurer ta chère laie ? L'est pas beau, le destin, bardé de chevrotines... Je n'ai d'autre dessein qu'embrasser ma chopine V oudras-tu, sâle automne - et pourtant...

Publié le 14/11/2017 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Page : Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant