Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : écriture

Tags relatifs

Dernières notes

JE VAIS COMMENCER

https://www.babelio.com/livres/Vian-Les-Morts-ont-tous-la-meme-peau/1592

Publié il y a 14 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Au-delà

Je ne suis qu’un long tuyau     Qui s’efforce de recueillir les bruits  D’un monde qui vient d’ailleurs Parfois le souffle de l’esprit M’effleure et me prend dans son tourbillon D’autres fois, pas un bruit J’ai beau tendre l’oreille rien ne vient Il m'arrive d’entendre un râle Comme une sorte d’achèvement  C’est un autre être qui s’en va Vers ce pays...

Publié il y a 16 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Avant, après, maintenant

Plus rien ne sera comme avant Mais rien ne sera comme après Tout semble immuable et serein Et pourtant lentement la roue tourne Les astres font le tour d’autres astres Suivant des révolutions complexes Et vos idées de l’existence évoluent Jusqu’à se contredirent chaque jour Pendant que votre corps s’affaisse Gardez toujours le regard vers le haut Là où l’horizon n’est plus qu’un point Qui...

Publié il y a 19 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

EN LECTURE

J'ai habité Lille de 1971 à 1975, ce livre se déroule entre autre dans cette ville dont je connais quelques quartiers. Clara (née en 1900) est la mère de Marianne (née en 1930). Clara et Juste se sont mariés en 1920. Clara avait un frère, Christophe, né en 1903 à Lille et assassiné à Paris en 1943. Le livre s'ouvre sur le mois de juillet 1974, avec Marianne qui coupe les roses fanées de...

Publié il y a 27 jours dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

LES MORTS NE PARLENT PLUS

Non, les morts ne parlent plus Dans les cadres sur les meubles La nature ne meurt jamais Moi seule j'ai su t'aimer Moi seule ai pris soin de toi Les jours passés avec toi Non, les morts ne parlent plus Dans les cadres sur les meubles. (12.06.19)

Publié le 19/05/2021 dans depoésiesenp... par Elisabeth LEROY | Lire la suite...

pluie

Pluie, grasse et verte Mouille mes chausses Et embrouille mes pensées Lave mes souvenirs désolants  Chasse les brins hérissés De rêves métaphysiques Où cours-tu ainsi, tendue Sur tes nuages pleurants  Des larmes de bonheur ou de peine Tu sors de ton refuge, élégante Apparition subtile, sans pareille Et va vers ton destin voilé Tu ne sais ce qui t’attend...

Publié le 15/05/2021 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

L'écriture

L’écriture qui te prend à la gorge Et t’entraîne dans sa sarabande Déglutis, laisse-toi aller jusqu’au sang Dans cette rondeur du plaisir d’écrire Te vient un mot, un seul, petit Ou une phrase qui sonne dans ta tête Et l’obsède jusqu’à ce que la suite s’enchaîne Comme un ruban de couleur esseulé Le chat joue avec cette pelote factuelle La triture et en tire quelques brins...

Publié le 14/05/2021 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Sommeil

Assis, toujours, devant la même table Il s’étonne de sa propre inconscience Que fais-je ainsi debout à cette heure Alors que les autres dorment sans penser Et qu’est-ce que la pensée pâlotte et papillonnante Qui, là encore, soulève un effort d’imagination À côté du silence de la nuit et du froid du jour Jusqu’à l’ensevelir et le confondre avec les spectres Le cou ploie vers...

Publié le 13/05/2021 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

LE COUCHER DU SOLEIL ROMANTIQUE (Charles BAUDELAIRE)

Que le soleil est beau quand tout frais il se lève, Comme une explosion nous lançant son bonjour ! - Bienheureux celui-là qui peut avec amour Saluer son coucher plus glorieux qu'un rêve !   Je me souviens !... J'ai vu tout, fleur, source, sillon, Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite... - Courons vers l'horizon, il est tard, courons vite, Pour attraper...

Publié le 12/05/2021 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Erreur

Elle ouvre sa main, La tend vers moi et dit : « donne-moi ta main Et partons vers les étoiles. » Puis, sûre de son effet,  Me tenant le poignet, Elle saute dans le puits.

Publié le 11/05/2021 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant