Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : georg trakl

Tags relatifs

Dernières notes

Georg Trakl, « Au bord du marais », 3 traductions

  «  Au bord du marais Promeneur dans le vent noir ; les roseaux secs chuchotent doucement Dans le calme du marécage. Au ciel gris Passe un vol d’oiseaux sauvages ; Diagonale sur les eaux sombres.   Tumulte. Au fond d’une cabane délabrée, La pourriture aux ailes noires prend son envol ; Des bouleaux rabougris gémissent dans le vent....

Publié le 14/11/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Georg Trakl, Poèmes, traduits par Guillevic —— Écrire après ?

Dans un vieil album   Tu reviens toujours, mélancolie, O douceur de l’âme solitaire. Pour sa fin s’embrase un jour doré.   Humblement devant la douleur S’incline celui qui s’est fait patience. Résonnant d’harmonie et de tendre folie. Vois ! Il va faire noir déjà.   La nuit revient, quelque chose de mortel se plaint Et quelque autre...

Publié le 24/11/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Finis Austriae

Photographie (détail) de Juan Asensio. Danube de Claudio Magris . La Persuasion et la Rhétorique de Carlo Michelstaedter . La Mort de Virgile d'Hermann Broch ou l’attente éperdue du vrai langage . Au-delà de l'effondrement, 31 : Missa sine nomine d'Ernst Wiechert . Theodor Haecker dans la Zone . Les mots ne sont pas de ce monde...

Publié le 31/05/2015 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Chant d’un merle captif, de Georg Trakl

    Truls Espadal, Le secret,  Acrylics on canvas, 2010, 30x30 cm     Souffle obscur dans les branchages verts. Des fleurettes bleues flottent autour du visage Du solitaire, du pas doré Mourant sous l’olivier. S’envole, à coups d’aile, la nuit. Si doucement saigne l’humilité, Rosée qui goutte lentement de l’épine fleurie. La...

Publié le 05/05/2015 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Georg Trakl, ”Chant d'un merle captif”, dans Œuvres complètes

               Chant d’un merle captif           Souffle obscur dans les branchages verts. Des fleurettes bleues flottent autour du visage Du solitaire, du pas doré Mourant sous l’olivier. S’envole, à coups d’aile, la nuit. Si doucement saigne l’humilité,...

Publié le 28/04/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georg Trakl, Grodek : deux traductions

                              On peut lire dans le numéro de printemps de la revue de belles-lettres treize traductions d'un poème de Georg Trakl (dont une en tchèque, une en slovène et une en grec). En voici deux :   Grodek   Vers le soir les forêts de l'automne retentissent D'armes...

Publié le 11/12/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georg Trakl, Œuvres complètes, traduction M. Petit & J.-. Schneider

                      La tristesse   Quelle violence, bouche sombre, Au-dedans de toi, forme faite Des années d'automne, Du calme d'or du soir ; Un torrent au reflet verdâtre Dans les cercle d'ombre Des pins fracassés ; Un village Qui meurt pieusement en...

Publié le 30/10/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

De nuit, de Georg Trakl

     Antoine Wiertz, 1847, la Belle Rosine   Le bleu de mes yeux s’est éteint dans cette nuit, L’or rouge de mon cœur. O ! Le silence de la lampe allumée. Ton manteau bleu enveloppa celui qui tombait. Tes lèvres rouges scellèrent l’enténèbrement de l’ami. Georg Trakl,  Poèmes , traduits et présentés par Guillevic, éditions Obsidiane, 1986, réédité...

Publié le 25/10/2014 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

L'automne du solitaire, de Georg Trakl

Feuillage d'Automne d'Aurel Cojan.       L’automne sombre s’installe plein de fruits et d’abondance, Éclat jauni des beaux jours d’été. Un bleu pur sort d’une enveloppe flétrie ; Le vol des oiseaux résonne de vieilles légendes. Le vin est pressé, la douce quiétude Emplie par la réponse ténue à des sombres questions.   Et, ici et...

Publié le 05/10/2014 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Georg Trakl, Poèmes, traduits et présentés par Guillevic

                         Paysage   Soir de septembre ; les sombres appels des           bergers tristement résonnent À travers le village au crépuscule ; du feu jaillit dans la forge. Puissamment se cabre un...

Publié le 28/09/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant