Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : rêverie

Tags relatifs

Dernières notes

Coeur de pierre

Pour remplir cet objet, nous imaginâmes une statue organisée intérieurement comme nous, et animée d’un esprit privé de toute espèce d’idées. Nous supposâmes encore que l’extérieur tout de marbre ne lui permettait l’usage d’aucun de ses sens, et nous nous réservâmes la liberté de les ouvrir à notre choix aux différentes impressions dont ils sont susceptibles. ETIENNE BONNOT de CONDILLAC in...

Publié il y a 25 jours dans Certains jours par Art or Nothing | Lire la suite...

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 1

  A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 1   C'est une des faveurs dont, à l'usage, l'existence est la plus avare. Celle-ci en tant que cause extérieure susceptible d'exposer aux conséquences, fournit un excellent prétexte à l'utilisation d'un artifice principalement destiné à maquiller l'indifférence commune. De ce refus vital de l'irrémédiable nait la...

Publié le 03/06/2015 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

Méditation 4ème semaine de Carême : le sensualisme (4)

Nota Bene : En lisant les lignes qui suivent, ne perdez pas de vue qu'elles ont été rédigées en 1857... Un regard lucide sur l'état du saint Sacrifice tel qu'il est célébré aujourd'hui dans de très nombreuses églises vous montrera que - hélas, mille fois hélas - la barrière est tombée, laissant le champ libre au sensualisme ici dénoncé... « Ce besoin de sentir, de s'émouvoir était...

Publié le 20/03/2015 dans Chemin... par Prieto | Lire la suite...

Lisbonne

En moins de deux heures vous changez de vie. Du stress de la vie parisienne à l’indolence des bords du Tage. C’est un changement d’ambiance imperceptible cependant. Ici, on a le temps, celui d’errer, de rêver, de créer. Aucune urgence ne viendra vous déranger. Alors vous vous laissez aller. Certes vous ne perdez pas vos habitudes. Se lever dans la nuit, regarder par fenêtre dans un silence de...

Publié le 01/02/2015 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Pierre Jean Jouve, En Miroir

                                                           De la poésie        Poésie, art de...

Publié le 19/01/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

LA HOULE 2

  A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire. Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de...

Publié le 07/01/2015 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

L'encombrement du virtuel

Dernièrement, une mienne connaissance s'alarme. Son portable a rendu l'âme (en fait, il n'en sera rien. Il ressuscite le lendemain (1) ) : elle n'avait pas sauvegardé des photos. Elle ne les avait pas exportées sur son cloud . Tel est l'indispensable de la communication actuelle : avoir son nuage (à défaut d'être sur un nuage, ou dans les nuages), où tout le précieux informatif de...

Publié le 02/01/2015 dans off-shore par nauher | Lire la suite...

On rentre à la maison

Le psychologue - et a fortiori  le philosophe  - donne peu d'attention aux jeux des miniatures qui interviennent souvent dans les contes de fées. Au regard du psychologue, l'écrivain s'amuse en fabriquant des maisons qui tiennent dans un pois chiche.  C'est là une absurdité initiale qui situe le conte au rang de la plus simple fantaisie. En cette fantaisie,...

Publié le 30/12/2014 dans Certains jours par Art or Nothing | Lire la suite...

Irish Tune from county Derry, de Percy Grainger

http://www.youtube.com/watch?v=Pff-UtLsqDU   Une très belle pièce romantique qui commence par une phrase très simple reprise plusieurs fois : trois notes qui montent, puis la quatrième qui meurt lentement dans quatre accords de reprise du thème. C’est une promenade un soir d’été au bord du fleuve. L’eau coule lentement et on assiste à la tombée de la nuit, interminable....

Publié le 06/10/2014 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Claude Debussy (1862-1918) : Rêverie (1880)

David Delucia, piano

Publié le 11/09/2014 dans Chemin... par Prieto | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant