Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poésie

Tags relatifs

Dernières notes

Chemins de traverse - 595 / Anna Akhmatova

Anna Akhmatova Buvons à ta confiance, et à ma fidélité,  A nos présences dans ce même pays.  A jamais envoûtées, soit,  Mais nul hiver ne fut jamais plus beau,  Et jamais sur le ciel on ne vit croix plus fines...  Chaînes plus aériennes, ponts plus grands...  Buvons à tout ce qui sans bruit a fui,  Buvons à notre...

Publié le 18/07/2017 dans Jubilate Deo par Claude Amstutz | Lire la suite...

Petite Naine

  De l’incertaine dualité du corps et de l’âme. Où l’enfant apparaît sous sa forme la plus fragile et la plus sauvage. De la savane africaine, des couleurs de Van Gogh et de la Constellation du Vélocipédiste.             Le corps et le ciel ont tout stocké en mémoire de ces échappées. Le ciel aime surtout à se rappeler la...

Publié le 17/07/2017 dans Carnets de JLK par JLK | Lire la suite...

Chemins de traverse - 594 / Martha Medeiros

Martha Medeiros (attribué souvent par erreur à Pablo Neruda) Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider. Il meurt lentement celui qui devient...

Publié le 17/07/2017 dans Jubilate Deo par Claude Amstutz | Lire la suite...

Pêle-mêle.

L'indifférence est l'une des plus cruelle des armes de l'esprit qui soit donnée à tous. Il faut savoir réveiller ses envies, pour entendre ses vrais besoins. «Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras». Peut-on ne se satisfaire que de certitudes ? … et l'aspiration, le désir, l'espérance, l'optimisme, les projets, dans tout ça. Ne dit-on pas également que «l'espoir fait vivre» ? Une...

Publié le 16/07/2017 dans Entre les... par CGP49 | Lire la suite...

LE TEMPS ET LES SAISONS

J'ai rêvé d'hier Des années passées Des choses abandonnées Maman était si fière De sa petite maison Le temps et les saisons Changent les horizons Pourquoi vivre longtemps Ma petite maman ? (hommage à ma maman qui est décédée le 31 juillet 2016)

Publié le 15/07/2017 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Devenir un nouveau né

    Laisser se dissoudre le vieux corps, devenir un nouveau né qui tête aux racines de l'univers, quand on vibre d'un si fort désir, faut-il pour cela mourir ? Ariaga

Publié le 15/07/2017 dans Laboratoire... par Ariaga | Lire la suite...

Chemins de traverse - 593 / Louis Aragon

Louis Aragon Tant qu’un enfant rêvera de l’aurore, tant qu’une rose embaumera la nuit, tant qu’un coeur quelque part éprouvera le vertige, tant qu’un pas chantera sur la chaussée, tant que l’hiver quelqu’un se souviendra du printemps, tant qu’il y aura dans la tête d’un seul homme une manière de musique, et dans le silence une...

Publié le 14/07/2017 dans Jubilate Deo par Claude Amstutz | Lire la suite...

Encore

C’est la parole de chaque enfant Devant les satisfactions de la vie Et tout ce qui agit sur les sens Encore le fruit qui pétille dans la bouche Encore l’eau qui coule entre les pieds Encore la course folle dans les herbes coupantes Encore la main tendue d’un adulte Qui partage le secret de polichinelle Encore le baiser tendre sur la joue Encore le lit douillet encombré de...

Publié le 13/07/2017 dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Viol.

Repus, ils l'ont jetée. Enfant souillée, cassée, Lynchée par cet amour assouvi dans l'horreur. Fauchée dans son désir de se voir fiancée, Au jour de dominer la crainte du bonheur.   Tout son être abîmé pourra cicatriser, Mais son cœur outragé ne saura pardonner. Ses envies violentées pourront s'apprivoiser, Mais ses yeux révoltés ne sauront raisonner.  ...

Publié le 12/07/2017 dans Entre les... par CGP49 | Lire la suite...

Le mouroir.

Ils sont toujours assis, seuls, autour de leur canne, Appuyant leur raison chargée de souvenirs, Il en est parfois un qui lourdement ricane, Le cœur déjà rouillé par de trop vieux plaisirs.   Tels des outils usés, empilés dans un coin, Ils voudraient essayer de repeindre un sourire, Mais ils n'ont plus la foi, tout est déjà trop loin, Le silence est trop fort, il...

Publié le 12/07/2017 dans Entre les... par CGP49 | Lire la suite...

Page : Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant