Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : marcel moreau

Tags relatifs

Dernières notes

...« au vertige d’une désaxation »...

« Kamalalam est un personnage sans précédent. (…) « Ce que j’aimerais découvrir, à travers lui, au terme de tant de « grandes épreuves de l’esprit », c’est une espèce d’ultime domicile pour une pensée qui a beaucoup erré : ce que j’appelle la Maison du Destin, un champ clos pour mon amour de la nuit.  (...)  « Mais de tous les visages que j'ai donné à...

Publié le 12/08/2019 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

L’abordage de la peinture, lettre à Marcel Moreau, par Nicolas Rozier

Sur Oraisons charnelles de Marcel Moreau.Cher Marcel Moreau,La tentation de rendez-vous obstinée qui existe entre l’écrivain et le peintre rôde au meilleur des textes comme la hantise jamais calmée, jamais assouvie d’une boucherie fine des mots émincés de peinture. L’ambition d’une puissance de croisière où ne se distinguent plus ni l’œuvre ni l’homme, ni les mots ni les traces peintes,...

Publié le 29/03/2009 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Oraisons charnelles de Marcel Moreau

Crédits photographiques : Marcelo del Pozo (Reuters). Je dédie cette note à celui qui, sans que jamais nous ne soyons parvenus à nous rencontrer, fut l'un de mes amis les plus chers, Dominique Autié . Dans le dernier courriel que j'ai reçu de lui, aussi absolument aimable et humble que tous les autres, Dominique m'assurait qu'il avait bon espoir de vaincre le mal qui le rongeait....

Publié le 31/05/2008 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Marcel Moreau Une philosophie à coup de rein

Quelle écriture ! Vertigineux. Flamboyant.   La prose de Marcel Moreau   est d’une densité exceptionnelle , d’une telle force, d’une telle sauvagerie qu’avec lui ses livres sont vivants, sonores, tactiles. Ce qu’on retient tout d’abord de lui c’est le style. Voici un ouvrage qui arrive à ne tenir que là-dessus. C’est un possédé de la langue française, des mots ;...

Publié le 03/01/2008 dans Un grain de... par Fabrice Trochet | Lire la suite...

Page : 1