Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : francis ponge

Tags relatifs

Dernières notes

Antoine Choplin : A contre-courant

Antoine Choplin est un romancier et poète français né à Châteauroux en 1962. Après des études à l’Ecole supérieure de commerce de Rouen et un troisième cycle en mathématiques et économie à l’Université Paris-Dauphine, il travaille d’abord comme cogniticien dans une société de conseil. Il aime les échecs, la guitare, le piano et la montagne. Antoine Choplin vit actuellement dans l'Isère et...

Publié le 01/03/2018 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

Francis Ponge, Prose ou poésie

Prose ou poésie   Bien sûr j'ai lu les Poèmes en prose de Baudelaire et les proses de Mallarmé dans Divagations : sont-ce des poèmes en prose ? Cette antinomie entre poésie et prose est un non-sens. [...] J'aime Connaissance de l'Est de Claudel, mais non pas Les Nourritures terrestres de Gide, un livre que l'on peut appeler de prose poétique. Le fait qu'il n'y a plus...

Publié le 04/04/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

La BOUCHE selon Aaron SHABTAÏ

  "pure" est le qualificatif de la bouche   la bouche crée le mot, la parole   ("la vraie sécretion de l'homme mollusque" - Francis Ponge)   Aaron SHABTAÏ , Le poème domestique, Éditions de l'éclat, Trad. Michel Eckhard-Elial, 1987    

Publié le 14/09/2016 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Philippe Jaccottet, Taches de soleil ou d'ombre,

1976      À Paris, visite à Francis Ponge. J'arrive rue Lhomond à midi, un peu en avance. On refait la façade ; l'escalier est très délabré. Odette m'ouvre ; elle a les cheveux gris, mais son visage est toujours aussi beau, sa taille aussi fine et droite. Francis sort de sa chambre en maillot de corps ; il me semble un peu plus petit qu'autrefois, un peu plus frêle...

Publié le 06/10/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

FRANCIS PONGE: ”LE PLAISIR DES BOIS DE PINS”

  FRANCIS PONGE "LE PLAISIR DES BOIS DE PINS" " 7 août 1940 " Lu par  Michel FAVORY Extrait du recueil La rage de l’expression ( Gallimard)     Le carnet du bois de pins fut écrit, à partir du 7 août 1940, dans un bois près de la Suchère, hameau de la Haute-Loire où Francis Ponge, après un mois et demi d’exode sur les routes...

Publié le 10/06/2013 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

Francis Ponge, Prose ou poésie

Prose ou poésie   Bien sûr j'ai lu les Poèmes en prose de Baudelaire et les proses de Mallarmé dans Divagations : sont-ce des poèmes en prose ? Cette antinomie entre poésie et prose est un non-sens. [...] J'aime Connaissance de l'Est de Claudel, mais non pas Les Nourritures terrestres de Gide, un livre que l'on peut appeler de prose poétique. Le fait qu'il n'y a plus...

Publié le 17/11/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Francis Ponge, Dans l'atelier du « Nouveau Recueil »,

                   Souvenirs d'Avignon   Notre île cahote comme une marmite ; Vagues et rochers font autour des bouillons gris.   La pluie. D'accord nous sommes à terre.   Éclair. L'Oiseau passe près du phare. Nos vaisseaux brûlent.    ...

Publié le 28/10/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

L'huis de l'huitre

« Loin de la mer, je n’ai pas envie d’huitres. C’est comme ça. ! » Si c’est comme ça , se dit-on, mieux vaut ne  pas en discuter. En même temps le contraire pourrait aussi fonctionner très bien. Pour ma part, je n’ai jamais tant avalé d’huitres qu’une certaine année à Paris, alors que je n’avais pas quitté la capitale depuis je ne sais plus combien de temps, et qu’à...

Publié le 27/12/2011 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Torrentiel

  Il arrive que l'on éprouve la vérité pleine de la non-concordance des mots à ce qui les attache au sens commun. Naît alors l'étrange impression d'une dérision, parfois jouissive, parfois désastreuse (mais le désastre nous désille. Abrupte image contrapunctique du présent). Il suffit qu'apparaisse un spectacle dérangeant, parce qu'en divergence du souvenir, ici télévisuel, qui...

Publié le 21/06/2011 dans off-shore par nauher | Lire la suite...

Eclaircie en hiver, de Francis Ponge

Le bleu renaît du gris, comme la pulpe éjectée d’un raisin noir. Toute l’atmosphère est comme un œil trop humide, où raisons et envie de pleuvoir ont momentanément disparu. Mais l’averse a laissé partout des souvenirs qui servent au beau temps de miroirs.   Il y a quelque chose d’attendrissant dans cette liaison entre deux états d’humeur différente. Quelque chose de désarmant dans...

Publié le 11/04/2011 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant