Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : claude esteban

Tags relatifs

Dernières notes

Claude ESTEBAN et l'AILLEURS

  Peut-être viendra-t-elle et je ne la reconnaîtrai plus, un soir, elle, si jeune maintenant et brune, sans que j'entende ses pas et ce sera brusquement le même désir emmêlé de nous et je toucherai cette bouche qui ne peut mentir ni me dire qu'on l'attend ailleurs et que ce soir elle passait très vite.   Claude ESTEBAN , Le jour à peine écrit,...

Publié le 17/10/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN : TOUT RECOMMENCE

  Un pétale qui tombe et la douceur du mot soleil sont là sur cette table, tout a recommencé sans moi, sans que je sache où le sang a jailli, comme s'il faisait jour très loin, dans le dehors.   Claude ESTEBAN , Le jour à peine écrit, Gallimard, 2006    

Publié le 01/10/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN DERRIÈRE la PORTE

  Et derrière la porte, il y avait le rien ou plutôt la matière du rien, une épaisseur qui noyait tout et quand je franchissais le seuil, c'était le rien qui m'accueillait et j'aimais cette chute en moi dans un indéfini plus doux, plus vague où avoir mal ne signifiait que d'être là debout, près de la porte, sans savoir.   Claude ESTEBAN , Le...

Publié le 23/09/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN dans son CORPS

  Le corps comme arraché de soi   le souffle court   coupé, repris, ramassé une fois encore   dans l'alvéole rouge   je suis ce corps, je suis l'air qui le traverse.   Claude ESTEBAN , Étranger devant la porte I Variations, Léo Scheer, 2001    

Publié le 18/08/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN en ÉTÉ

  Dans le dedans de l'été, il y a comme un noyau nocturne qui résiste. Un bloc de froid. Vous l'ignorez, vous qui passez trop vite. Vous vivez alentour. Vos yeux s'attachent aux reliefs dociles. Le soleil vous aveuglera. Il déjouera vos plans, vos promesses. Vous pourrirez contre la paille, avec vos fruits. Vous retournerez à la terre qui vous répugne. Vous serez ce morceau de gel...

Publié le 29/07/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN dans l'OMBRE

  J'ai refermé, sans le finir, mon livre. Qu'importent les mots clairs ? Toutes les phrases lues parlaient d'un soleil immobile. Je n'ai pas vu l'ombre s'accroître sur le mur.   Claude ESTEBAN , Le jour à peine écrit (1967 - 1992), Gallimard, 2006    

Publié le 11/07/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

DEMAIN selon Claude ESTEBAN

  Demain n'est plus. C'est hier qui triomphe au pied des immortelles. Tout reprendre à rebours. Sans hâte, avec les mots. Danse, bel écureuil du temps, sur notre histoire. Saute d'un siècle à l'autre. Hop, l'infini ! Les vieux calculs griffonnés sur l'ardoise, comme ils s'effacent dans le cɶur d'un homme soudain nu.   Claude ESTEBAN , Le jour à peine écrit (1967 - 1992),...

Publié le 09/07/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN en CHAMBRE

  Qu'elle bouge enfin, cette branche,   qu'il y ait du vent, du bruit, ailleurs, partout   hors de la chambre.   Claude ESTEBAN , Étranger devant la porte I Variations, Léo Scheer, 2001    

Publié le 03/07/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN en MINÉRAL

  Minéral endormi, écoute mieux, tout le bruit de la mer tremble dans tes coquilles.   Claude ESTEBAN , Étranger devant la porte I Variations, Léo Scheer, 2001    

Publié le 29/06/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Claude ESTEBAN après le SOLEIL

  Ce soir   ce qui reste du soleil   ne me concerne plus   je me contente et tout le corps ancien   d'une brûlure.   Claude ESTEBAN , Étranger devant la porte I Variations, Léo Scheer, 2001    

Publié le 17/06/2021 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant