Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : anthologie de la poésie chinoise

Tags relatifs

Dernières notes

Lu Yu, « Écrit dans un moment de détente »

  « Un vieil homme allant sur ses soixante-dix ans, En fait, tout pareil à un enfant Qui cherche en sanglotant les fruits des monts, Qui suit en éclatant de rire les mimes des villages, Ravi d’ajouter avec d’autres des tuiles sur le stupa, Debout, seul, se mirant dans un petit bassin, Qui prend entre ses doigts un livre usé à lire, Embrouillé comme s’il...

Publié il y a 9 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Sima Guang, « Sur les rimes du poème de Shao Yaofu, “Chant des activités dans le nid de la joie...

  « Dans la terrasse magique, libre de toute affaire, chaque jour ouvert et gai, Paisible et joyeux, revenu à la source, il ne cherche rien au-dehors. Lorsqu’il bruine et que souffle le vent froid, il reste seul assis, Et quand le ciel est clair et les scènes sont belles, il randonne à son aise. Les pins et les bambous ouvrent à suffisance ses yeux noirs, Et qui...

Publié le 27/08/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Bao Zhao, « Retour au pays en rêve »

  «  En retenant mes pleurs, j’ai franchi les murailles, Mon épée bien en mains aux carrefours déserts. Des tourbillons sableux volent dans le ciel noir Et mon cœur esseulé ne pense qu’au pays. Retrouvant chaque soir l’oreiller solitaire, Je rêve qu’un instant je m’en reviens chez nous. Mon épouse m’attend, souriante à la fenêtre En déroulant la soie sur...

Publié le 17/07/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Su Shi, « Écrit pour les adieux de Cen »

Portrait imaginaire de Su Shi par Zhao Mengfu   « Paresse semble souvent pareille au calme, Mais le calme est-il l’élève de la paresse ? Maladresse est tout près de droiture Mais la droiture est-elle maladroite ? Vous êtes calme et droit, messire, Naturel et délié au gré des circonstances. Hélas ! moi, que fais-je encore ? De vous...

Publié le 29/11/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Du Fu, « Je cherche des fleurs en marchant seul au bord de la rivière »

  « Ne croyez pas que j’aime les fleurs jusqu’à en mourir ; Je crains de vieillir plus vite si les fleurs sont fanées. Les rameaux chargés se brisent bien plus facilement ; Que les bourgeons s’ordonnent pour éclore lentement ! »   Je cherche des fleurs en marchant seul au bord de la rivière est composé de 7 quatrains, celui-ci est le...

Publié le 03/05/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Fan Chengda , « Chantant mes pensées en riant de moi-même »

  « Des glaçons glissent de l’auvent, le printemps est encore gelé ; Mes portes même tard restent fermées. Je vis retiré et oisif, surpris quand vient un visiteur, Vieillissant, paresseux, je crains que viennent des missives. Jour après jour, j’ordonne d’arroser les bambous Et chaque matin, je prends des nouvelles des pruniers. Le jardinier certainement...

Publié le 03/04/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Wang Heqing, « Ode à un papillon géant »

© Sophie Chambard     « Air : “Jour d’ivresse”. Brassant l’air, il vous réveille en sursaut du rêve de Zhuang Zhou De ses deux ailes reposant bien calé sur la brise de printemps. Dans trois cents jardins fameux Il a sucé tout ce qui pouvait l’être, Terrorisant l’abeille en quête de fragrances. D’un petit volettement délicat, tout léger, Vous...

Publié le 01/02/2018 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Xin Qiji, « L’année “jihai” de l’ère Chunxi, je fus muté… »

DR   Air : “Poisson attrappé”. L’année jihai de l’ère Chunxi, je fus muté comme commissaire de circuit du Hubei au Hunan. Lors d’une fête que je donnai avec le fonctionnaire Wang Zhengzhi dans le pavillon de la petite montagne, je composais ces paroles :   Combien d’orages encore pourrais-je endurer ? À toute allure, le printemps s’est de...

Publié le 28/05/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Tao Yuanming, « Le retour aux champs »

  « À l’enfant que j’étais point ne plaisait le monde Et mon cœur pour les monts était tout plein d’amour. Mon erreur m’a jeté dans les filets du siècle Et trente années, pas moins, se sont ainsi enfuies. L’oiseau tenu en cage se languit de ses bois, Le poisson du bassin rêve de son étang. J’ai défriché un champ dans les landes du sud : Le rustre que je...

Publié le 11/05/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Chao Zhongzhi, « En route de nuit »

Shi T'ao, 1642-1707   « Plus je vieillis, plus le désir des mérites et de la renommée s’estompe, Et sur ma pauvre haridelle, seul, j’emprunte la longue route. Dans le village isolé, des lampes qui luisent jusqu’à l’aube M’informent que toute la nuit quelqu’un a lu des livres. »   Chao Zhongzhi (1072 - ?) La dynastie des Song du sud...

Publié le 01/02/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Page : 1