Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Club VIB Club VIB Club VIB Club VIB Club VIB

Club Littérature

Ces férus de belles-lettres feront de vous des lecteurs intéressés et curieux.

Les blogueurs littéraires partagent le fruit de leurs diverses lectures et leur passion pour la littérature, la poésie et le théâtre. Au fil de leurs blogs, vous apprécierez leurs descriptions, leurs critiques sur les ouvrages qu’ils ont appréciés, leurs réflexions sur le monde des Lettres. Ils vous donneront l’envie d’explorer de nouveaux horizons littéraires.

Club Littérature

Tag : pierre jourde

Anéantir à Nanterre (séminaire Michel Houellebecq, le 07 avril 2022)

  Le 07 avril 2022, j'avais l'honneur insigne d'être invité par Agathe Novak-Lechevalier au séminaire Michel Houellebecq organisé à Nanterre-Université (où je n'étais jamais allé de ma vie) pour une séance consacrée à Anéantir , en compagnie prestigieuse de Pierre Jourde, Dominique Viart, Caroline Julliot, Ruth Amart et Russell Williams. Un peu intimidé au début, il me semble que je...

Publié il y a 14 jours dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Julien Gracq, Jean-Philippe Domecq et Pierre Jourde face à la comédie de la critique littéraire

Photographie (détail) de Juan Asensio. Jean-Philippe Domecq dans la Zone . Études sur le langage vicié . Jean-Philippe Domecq, avec le volumineux livre regroupant trois ouvrages qui vient tout récemment de paraître chez Pocket (1), illustre d'abondance le constat imparable que Julien Gracq, dans un petit texte aussi vif que lucide et devenu, justement et presque...

Publié le 11/11/2015 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Peut-on prendre l’autofiction au sérieux ?, par Jean-Gérard Lapacherie

À propos de Camille Laurens, Romance nerveuse , Gallimard, 2010. Dans les années 1960, on entendait le refrain : «600 millions de Chinois, et moi, et moi, et moi». Par cette rengaine mise aux chiffres du jour, on pourrait résumer, avec un brin d’insolence, l’autofiction : plus de six mille millions (comprendre plus de six milliards) d’êtres humains sur la terre, et moi, mon moi, mon...

Publié le 21/04/2010 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Tant de morts de la littérature

Gravure d'Andreas Jacobsz Stock, Peter Paileu's Anatomy in Leiden , 1616. Dans la Zone, en son centre impossible, trône une table de dissection. Approchez... Harcèlement littéraire de Richard Millet ou le manquement aux lettres . Résurrection du cadavre de la littérature : Olivier Larizza et William Marx en médecins légistes . Patrick Kéchichian, pamphlétaire ouaté . Richard Millet...

Publié le 10/06/2009 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Paradis noirs de Pierre Jourde, par Nunzio Casalaspro

Photogravue de A. Stieglitz, A Derigible , 1910. Probablement Paradis noirs est-il le plus abouti de tous les romans de Pierre Jourde. Et pourtant, il ne me semble pas avoir vu que la presse littéraire se soit empressée de le faire remarquer. Mais pour cela, il faudrait sans doute que cette presse soit réellement préoccupée de critique littéraire, et non d'éloge ou de réprobation,...

Publié le 21/03/2009 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Le juif, coupable universel, par Pierre Jourde

S'il n'y avait pas Pierre Jourde :   Depuis l'entrée de Tsahal dans la bande de Gaza, les médias parlent benoîtement d'"importation du conflit", de "violences intercommunautaires". Elles sont tout de même un peu à sens unique, les violences "intercommunautaires". Cela consiste, en gros, à ce que des jeunes gens d'origine arabo-musulmane s'en prennent à des juifs, manifestant par...

Publié le 25/01/2009 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Stendhalie I

Ame chimérique toujours contrariée par la réalité mais esprit logicien volontiers contrariant pour ses interlocuteurs ; rêveur impénitent mais écrivain « réaliste » ; socialiste par idéal mais aristocrate par tempérament ; admirateur passionné de Rousseau comme de Napoléon ; opposant sans cesse « hommes supérieurs » et médiocres, « happy few »...

Publié le 13/05/2008 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Page : 1