Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Club VIB Club VIB Club VIB Club VIB Club VIB

Club Littérature

Ces férus de belles-lettres feront de vous des lecteurs intéressés et curieux.

Les blogueurs littéraires partagent le fruit de leurs diverses lectures et leur passion pour la littérature, la poésie et le théâtre. Au fil de leurs blogs, vous apprécierez leurs descriptions, leurs critiques sur les ouvrages qu’ils ont appréciés, leurs réflexions sur le monde des Lettres. Ils vous donneront l’envie d’explorer de nouveaux horizons littéraires.

Club Littérature

Tag : gregory mion

L’Amérique en guerre (18) : L’intrus de William Faulkner, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Idris Solomon (Reuters). L'Amérique en guerre . «À côté de moi, il y a une ombre et un bout de cigarette rouge. De temps en temps, une bouffée éclaire une bouche et un nez comme un phare lointain.» Robert Antelme, L’espèce humaine . «Le Mississippi ! Quelle baguette magique l’a ainsi changé, depuis que Chateaubriand, dans sa prose poétique,...

Publié il y a 18 jours dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

L'Amérique en guerre (17) : Home de Toni Morrison, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Ina Fassbender (Getty Images). L'Amérique en guerre . Décédée le 5 août 2019, en pleine pompe estivale, Toni Morrison n'a eu en France que les hommages auxquels on pouvait s'attendre de la part d'une critique littéraire devenue inexistante, illettrée, putassière et en cela favorable à toutes les impostures d'un pays qui en compte malheureusement...

Publié le 11/08/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Le cœur est un chasseur solitaire de Carson McCullers, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Christopher Tomond ( The Guardian ). «[…] la terrible réalité de notre isolement, de cette impénétrable et transparente, insaisissable et perpétuelle solitude; de cette solitude indestructible qui entoure, enveloppe, revêt toute âme humaine du berceau jusqu’à la tombe et peut-être au-delà.» Joseph Conrad, Un paria des îles . La ségrégation élargie...

Publié le 18/07/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Les Enfants des morts de Heinrich Böll, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Didier Bizet ( The Guardian ). À qui d’autre que mon père ? Dans un essai percutant où il s’interroge sur la délicate construction du deuil en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale, pointant du doigt la myopie d’un peuple qui semble avoir refoulé tous les crimes et avoir fait abstraction de toute espèce de sentiment de culpabilité à cause de la...

Publié le 10/07/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Alexis Zorba de Nikos Kazantzakis, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Neil Hall (EPA). «En attendant, il se laissait aller, se reposait, se reconstituait après sa longue traversée de l’océan du savoir.» Jack London, Martin Eden . «Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes et femmes, sont également libres.» Mikhaïl Bakounine, Dieu et l’État . Avec l’inoubliable Alexis Zorba...

Publié le 26/06/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

L'Amérique en guerre (15) : L’adieu aux armes d’Ernest Hemingway, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Gillian Pullinger (Alamy). L'Amérique en guerre . «Je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens C'est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise Je m'en vais déserter». Boris Vian, Le déserteur . Loin d’être une histoire d’amour miraculeuse qui dompte le monstre de la guerre, L’adieu aux armes (1) se présente...

Publié le 03/06/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

L’Amérique en guerre (14) : Perfidia de James Ellroy, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Joel Mott. L'Amérique en guerre . «Cette putain de ville doit être punie. Faut que quelqu’un vienne parce que ça ne peut plus durer.» Ernesto Sábato, Héros et tombes . «La haine est l’amour qui a sombré.» Søren Kierkegaard, Ou bien… ou bien . Depuis la publication du Dahlia noir en 1987, James Ellroy continue d’explorer un empan de...

Publié le 13/05/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Ravage de Barjavel, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Benoit Tessier (Reuters). «L’homme se trouve devant deux destins possibles : périr dans son berceau, de sa propre main, de son propre génie, de sa propre stupidité, ou s’élancer, pour l’éternité du temps, vers l’infini de l’espace, et y répandre la vie délivrée de la nécessité de l’assassinat.» René Barjavel, La faim du tigre . «Une infinité de petites...

Publié le 01/05/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Zéro K de Don DeLillo : les faux-monnayeurs de la vie éternelle, par Gregory Mion

Crédits photographiques : Lucas Jackson (Reuters). «Il avait toujours eu de la chance, et l’argent est puissant !» Joseph Conrad, La folie Almayer . La période de pandémie que nous traversons remet au goût du jour les peurs millénaristes et les grandes questions comme le sens de l’existence ou l’épreuve de la mort. La panique suscitée par un virus qui ressemble à un David...

Publié le 17/04/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Sur le Journal de quatre ou cinq dindes confinées, par Gregory Mion et Atmane Oustani

Il fallait s'y attendre, Cécile Coulon, qui est à la littérature ce qu'un élément de langage managérial est à la poésie d'un Hölderlin ou d'un Baudelaire, est de nouveau de la partie, même si celle-ci est, pour l'heure, bâillonnée, malgré la diligence pubarde avec laquelle les réseaux nous hurlent, urbi et orbi , la bonne nouvelle : Cécile Coulon donc, écrinaine ayant produit, fait , on...

Publié le 06/04/2020 dans STALKER -... par Juan Asensio | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant