Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : poésie

Tags relatifs

Dernières notes

Pleine lune

Le rayon m’atteint l’œil… Réveil et illumination ! Les astres sont bouleversés Ou mon horloge interne Fait preuve d’ivresse… Regard au bras : deux heures… Jour comme dans un four, Je brûle d’un coup de lune… L’esprit bouleversé, je m’étonne. Est-ce le don de voir sans soleil ? Comme l’ange, je courre Dans l’herbe mouillée des prés Et m’étonne de cette glisse Dans...

Publié il y a 10 heures dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

Concision 36

Odeur de varech Les yeux clos reposant seul A l'envers du monde.

Publié il y a 21 heures dans Music Books... par Play B | Lire la suite...

Sauver ton rêve

    "Ton devoir est de ne jamais te consumer dans le sacrifice. Ton devoir réel est de sauver ton rêve. La Beauté a, elle aussi, des droits douloureux, qui créent cependant les plus beaux efforts de l'âme. Tout obstacle franchi marque un accroissement de notre volonté, produit la rénovation nécessaire et progressive de notre aspiration. Aie le feu sacré (je le dis pour toi et...

Publié il y a 1 jour dans helenablue par Hélène | Lire la suite...

C'était le 31 août...

1867. Mort de Charles Baudelaire, dans sa ville natale de Paris. Recueillement (mise en musique et interprétation : Marc Seberg) Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille. Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici : Une atmosphère obscure enveloppe la ville, Aux uns portant la paix, aux autres le souci. Pendant que des mortels la multitude vile, Sous le fouet...

Publié il y a 1 jour dans LE PHOTON par Le Photon | Lire la suite...

Ce bonheur odorant

Le clocher du quartier, grippé ne sonne plus depuis deux jours je glisse du rêve au velours dans ce début de matinée   Le marché déjà bien en place bruisse à voix basse un chant connu de coutellerie rémoulue lissant les harangues bonasses   Parmi les lents piétinements plaidant leurs coutumiers négoces distincte, légère et véloce ta venue sonore autrement  ...

Publié il y a 2 jours dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Handicapé (bis,23)

  Toi, le handicapé anonyme dont l'ombre rampe vers la porte et les couloirs sans fin de l'hôpital, le regard cherche la lumière de la fenêtre, je voudrais découper ton nom aux ciseaux des mots, aux ciseaux des sons, dans la langue des oiseaux des anciens alchimistes. Handicapé, caché derrière le H, la hache qui a coupé le fil, il y a l'an, ces années que tu comptes et...

Publié il y a 2 jours dans Laboratoire... par Ariaga | Lire la suite...

Mais l'eau...

C'est le soir à nouveau Ça rampe sur le monde Ça range les colombes et puis, ça fait le beau - citadin jus d'orange ! qui vous masque des anges la course, tout là-haut   Mais l'eau danse et, pendant que j'y pense il y passe un écho   Plus tard, il fera nuit... Maintenant, c'est de l'or habillant l'An-Dehors mieux qu'une douce pluie briquant tous les trottoirs -...

Publié il y a 2 jours dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Haïku

Le haïku pourrait être un texte développé, mais il ne l'est pas et c'est là toute sa toute force évocatrice. (…) D'une sensation qui peut être une expérience unique et, éventuellement, donner naissance à un texte élaboré recréant un certain univers, le haïkiste, dans son poème à la fois bref et ouvert, ne garde que le flash initial. C'est là son défi, c'est là son art.   (André...

Publié il y a 3 jours dans Regards sur... par galavent | Lire la suite...

C'était le 28 août...

1528. Mort à Halle (Saxe-Anhalt, Allemagne) du peintre et ingénieur allemand Matthias Grünewald (Mathis Gothart Nithart), auteur du célèbre retable d'Issenheim, aujourd'hui au musée de Colmar. 1654. Mort à Stockholm du comte Axel Oxenstierna, chancelier de la cour de Suède, l'un des plus grands hommes d'État suédois. Bras droit du roi Gustave-Adolphe, il prit, à la...

Publié il y a 3 jours dans LE PHOTON par Le Photon | Lire la suite...

Construction du village de l'Amour (bis,20)

  Comme un cordage enroulé, une chaîne d'amitié, nous a servi à tirer, vers des lieux qu'ils ignoraient, des hommes emprisonnés. Ce boulet aux pieds, ce poids sur le coeur, tout ce qui les empêchait de voyager librement, est devenu ballon s'échappant aux vents de l'imaginaire. Et quand ils sont revenus de leurs folles aventures, ils n'étaient plus solitaires. Un...

Publié il y a 5 jours dans Laboratoire... par Ariaga | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant