Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : paul valery

Tags relatifs

Dernières notes

LEVER DE LUNE (Paul VALERY) extrait de UNE CHAMBRE CONJECTURALE

Dans un ciel couleur de violette claire, des nuages d'un rose crémeux et plumeux et gonflés et pleins de majesté. Soudain derrière l'un d'eux apparaît un morceau de cuivre pâle et léger, qui flotte. Il se démasque et s'arrondit et c'est la Cymbale de la Lune. Des oiseaux volent autour... (En photos : le recueil d'où est tiré ce poème, et la tombe de Paul Valéry à SETE, photos...

Publié le 30/04/2021 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

La carte postale du jour ...

"Le rêve est une hypothèse, puisque nous ne le connaissons jamais que par le souvenir, mais ce souvenir est nécessairement une fabrication." Paul Valéry Je me souviens d'avoir aimé cet album dès la première écoute en 1991 parce que je devinais que les musiciens de Slowdive avaient, comme moi, beaucoup écouté Cocteau Twins ( Heaven or Las Vegas ) et The Cure (...

Publié le 10/06/2016 dans Manoeuvres... par la bouche plein de terre | Lire la suite...

L'OREILLE

L'oreille est le sens préféré de l'attention. Elle garde, en quelque sorte, la frontière du côté où la vue ne voit pas (Paul VALERY)

Publié le 29/07/2014 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Le voyage approximatif

Le train dévore toutes choses visibles, agite toutes choses mentales, attaque brutalement de sa masse la figure de ce monde, envoie au diable buissons, maisons, provinces ; couche les arbres, perceles arches, expédie les poteaux, rabat rudement après soi toutes les lignes qu'il traverse, canaux, sillons, chemins ; il change les ponts en tonnerres, les vaches en projectiles et la structure...

Publié le 08/02/2013 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Impression de voyage

Nous vivons bien à l'aise, chacun dans son absurdité, comme poissons dans l'eau, et nous ne percevons jamais que par un accident tout ce que contient de stupidités l'existence d'une personne raisonnable. Nous ne pensons jamais que ce que nous pensons nous cache ce que nous sommes. PAUL VALERY : extr. "Monsieur Teste", L'imaginaire/ Gallimard 1946. Comme s'il fallait toujours...

Publié le 02/03/2012 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Désordres

Ose gémir !... Il faut, ô souple chair du bois Te tordre et te détordre, te plaindre sans te rompre, et rendre aux vents la voix Qu’ils cherchent en désordre ... PAUL VALERY (1871-1945) extr. "Au platane" in "Charmes" . Editions Gallimard 1922. Comme un dimanche entre deux mondes... Changement d'adresse, et de couleurs. J'ai quitté les rangées (raréfiées) de...

Publié le 19/07/2009 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Liberté chérie

" Comment donc se peut-il que l'affaire de la liberté et du libre arbitre ait excité tant de passion, et animé tant de disputes sans issue concevable ? C'est que l'on y portait sans doute un tout autre interêt que celui d'acquérir une connaissance que l'on n'eût pas. On regardait aux conséquences. On voulait qu'une chose fût et non point une autre; les uns et les autres ne cherchaient rien...

Publié le 21/03/2009 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Araignées au plafond

" J'ai observé une chose grave, qui est que tous grands hommes qui nous ont entretenus des grands gestes qu'ils accomplissent finissaient tous par nous renvoyer au  bon sens Je ne suis pas à mon aise quand on me parle du bon sens (...) Je consens donc sans difficulté que ceux qui agissent en politique, c'est à dire qui se dépensent à acquérir ou à conserver quelques parcelles de...

Publié le 06/02/2009 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Branle-bas et haut

En poésie ne valent que les empêcheurs de tourner en rond, Baudelaire, Céline. Tout le reste n'est que branle-bas : Nitche, Cioran, Valéry, j'en passe et des pires. Sans Homère attaché à la Vérité et à la Science, Nitche n'aurait même jamais existé qui n'est qu'une parodie. A quoi s'attaque Céline directement, c'est à la trigonométrie de Descartes. Ca permet de situer Sartre, dont la...

Publié le 10/12/2008 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Le point sur Fabrice

Que ce merlan frit de Fabrice Luchini s'approprie la littérature populaire de Céline et en fasse profiter ses admiratrices bobos, soit : il ne sort pas de son emploi. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les bobos savent faire fructifier la littérature nazie ! Après, qu'il lise les vers de La Fontaine, au petit bonheur, sans savoir lire la poésie, en pensant que sa gouaille...

Publié le 05/01/2008 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant