Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : le métier de vivre

Tags relatifs

Dernières notes

De la répétition à la (re)prise

  La collection « Folio » à 2 € propose des textes assez courts à un prix défiant toute concurrence. Ce sont des livres parfaits à emporter en vacances, et à lire dans le calme d’une villégiature paradisiaque. Vous avez par exemple Les Affamés ne rêvent que de pain , d’Albert Cossery, ou encore, plus récemment, Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach. Cet été, la collection...

Publié il y a 11 jours dans Le blog de... par Jacques-Emile Miriel | Lire la suite...

Cesare Pavese, Le Métier de vivre

        (1944-1945)   La richesse de la vie est faite de souvenirs oubliés.   Il y a des gens pour qui la politique n’est pas universalité, mais seulement légitime défense.   Il n’est  pas beau d’être enfant ; il est beau étant vieux de penser à quand on était enfant.   Comme elle est grande cette idée que vraiment...

Publié le 16/10/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Cesare Pavese, « Le métier de vivre »

DR   « 10 novembre [1938]   La littérature est une défense contre les offenses de la vie. Elle lui dit : “Tu ne me couillonnes pas ; je sais comment tu te comportes, je te suis et je te prévois, je m’amuse même à te voir faire, et je te vole ton secret en te composant en d’adroites constructions qui arrêtent ton flux.” À part ce jeu, l’autre défense...

Publié le 27/08/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Cesare Pavese, Le métier de vivre

                                          Qu’importe de vivre avec les autres, quand chacun des autres se fiche des choses vraiment importantes pour chacun ?   Un homme qui soufre, on le traite comme un ivrogne. « Allons, allons, ça suffit, secoue-toi, allons, ça...

Publié le 25/07/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Cesare Pavese, Le métier de vivre

                                                         Un homme qui souffre, on le traite comme un ivrogne. « Allons, allons, ça sffit, secoue-toi, allons, ça suffit... »   Quand un jeune homme — dix-huit, vingt ans —...

Publié le 07/04/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Cesare Pavese, Le métier de vivre

                            Que dire si, un jour, les choses naturelles — sources, bois, vignes, campagne — sont absorbées par la ville et escamotées et se rencontrent dans des phrases anciennes ? Elles nous feront l’effet des theoi, des nymphes, du...

Publié le 13/03/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Cesare Pavese, Le Métier de vivre

18 octobre [1938] Décrire la nature en poésie, c’est comme ceux qui décrivent une belle héroïne ou un puissant héros.   10 novembre [1938] La littérature est une défense contre les offenses de la vie. Elle lui dit : « Tu ne me couillonnes pas ; je sais comment tu te comportes, je te suis et je te prévois, je m’amuse même à te voir faire, et je te vole ton...

Publié le 13/08/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Pavese et Reverzy

Le métier de vivre  : le titre appartient à César Pavese. C’est celui de son journal, qui court du 6 octobre 1935 au 18 août 1950. Dans la journée d’hier, je suis passé sans trop savoir pourquoi, sans crier gare, en silence, de Jean Reverzy à César Pavese. Les deux écrivains ne sont pas si loin l’un de l’autre, ni dans le temps, ni dans l’esprit, ni dans ma bibliothèque. Ils ont...

Publié le 17/02/2009 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Page : 1