Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : le bonheur est un drôle de serpent

Tags relatifs

Dernières notes

Le Bonheur est un drôle de serpent

Elle s’est installée près d’Argenteuil, début pour nous de fréquents va-et-vient entre Paris et le Midi. Faire l’amour avec elle était comme un diamant noir. Des années après, je me souviens de ses robes fuchsia, leur frôlement sur la peau, les gestes lents ou brusques pour les enlever, la lumière indigo qui tombait le soir sur la maison au bord de l’eau, avec l’odeur de bois...

Publié il y a 16 jours dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Le lendemain, on est allés à Montpellier

Le lendemain, on est allés à Montpellier. Les rues baignaient dans l’humidité, derrière un rideau liquide. La ville se retrempait dans son passé. Les vieux hôtels émergeaient à peine de l’histoire. Elle était là, vivante, ils nous la racontaient, bruissant du cliquetis des armes et du va-et-vient des fantômes. Vers la fin d’après-midi, la ville s’est réveillée de son apathie. À nouveau, la...

Publié le 08/03/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Le grand pow-wow de la lumière

La neige vint cet hiver-là, en brouillard qui apaise les contours. La mer était grise, grise et blanche. Des nuées de mouettes voletaient en rangs serrés au-dessus de l’eau. Quelques pas derrière, les flamants, suspendus, jetaient des taches roses sur le vert des étangs. Je marchais de longues heures jusqu’à la cathédrale de Maguelone. Les étangs offraient leur placidité sauvage, le silence...

Publié le 06/03/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Imaginer cette côte encore sauvage

À voir changer la couleur des pierres, surgir la lumière crue et acide du Sud, l’âpreté qui annonce les rivages de la Méditerranée, je revivais. L’odeur des aiguilles de pin brûlées, leur bruit sec, craquant sous le pas, la torpeur sous la canicule, l’attente interminable des siestes sans sommeil de l’enfance, le temps arrêté, puis le soir, vent marin qui s’insinue, rédemption, flots de...

Publié le 04/03/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

La mer à Palavas

Ici, la mer fait l’amour avec la terre, paisiblement. Dans une infinie solitude, gris, bleu et vert sauge. Les plus belles couleurs du monde. Tout est plat à perte de vue. Seule une langue de sable sillonne entre les étangs et la mer. Au bout d’un moment, on ne sait plus où est la terre, où est l’eau. Raymond Alcovère, extrait de "Le Bonheur est un drôle de serpent", roman, Éditions...

Publié le 03/03/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

À voir changer la couleur des pierres, surgir la lumière crue et acide du Sud

À voir changer la couleur des pierres, surgir la lumière crue et acide du Sud, l’âpreté qui annonce les rivages de la Méditerranée, je revivais. L’odeur des aiguilles de pin brûlées, leur bruit sec, craquant sous le pas, la torpeur sous la canicule, l’attente interminable des siestes sans sommeil de l’enfance, le temps arrêté, puis le soir, vent marin qui s’insinue, rédemption, flots de...

Publié le 30/11/2017 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Solsbury Hill

Le lendemain, on est allés à Montpellier. Les rues baignaient dans l’humidité, derrière un rideau liquide. La ville se retrempait dans son passé. Les vieux hôtels émergeaient à peine de l’histoire. Elle était là, vivante, ils nous la racontaient, bruissant du cliquetis des armes et du va-et-vient des fantômes. Vers la fin d’après-midi, la ville s’est réveillée de son apathie. À nouveau, la...

Publié le 23/11/2017 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Blanc, bleu gris, soleil voilé

Normal 0 21 Blanc, bleu gris, soleil voilé. Un peu plus tard, à Sainte-Marie, au bord de l’océan Indien. Mer miroitante, bleu plus léger des vagues, ombre du ciel sur la mer. Blanc, bleu gris, presque infini et toujours renouvelé. Tout revient toujours à son point de départ. Aujourd’hui, le vent balaye le monde et disperse la brume. Place à la nouveauté. Une vérité émerge....

Publié le 21/02/2011 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Peut-être avais-je atteint...

Normal 0 21 Peut-être avais-je atteint cet état mystérieux, insondable, ce trouble léger qu’on appelle bonheur . Cet état, cette limite plutôt, qui était ma quête, que j’étais venu chercher ici au bout du monde, que tant d’autres avant moi avaient poursuivi et si peu atteint, cette fêlure dans le réel qui fait oublier la rumeur des jours pour nous plonger transis dans...

Publié le 05/05/2010 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Un article sur ”Le bonheur est un drôle de serpent”

“Il nous faut aller là où il n’y a pas de chemin” , dit le vieil Howard dans Le Trésor de la Sierra Madre . Léo a bien retenu le conseil, et il nous y invite ! Un article sur Le bonheur est un drôle de serpent, à lire ici, sur le site de Encres Vagabondes, signé Jean-Jacques Marimbert

Publié le 06/03/2010 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant