Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean-claude schneider

Tags relatifs

Dernières notes

Robert Walser, « Ce que je peux dire de mieux sur la musique »

Si vous n’avez jamais lu Robert Walser, voici une excellente occasion de commencer. Ce joli livre que publient nos amies de Zoé est une petite anthologie qui traverse son écriture des premières aux dernières pages, de 1899 à 1933. On reconnaîtra – relira – certains de ces textes déjà publiés chez Zoé & ailleurs, mais la fidèle Marion Graf donne ici la traduction d’une jolie moitié...

Publié le 03/01/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Georg Trakl, « Au bord du marais », 3 traductions

  «  Au bord du marais Promeneur dans le vent noir ; les roseaux secs chuchotent doucement Dans le calme du marécage. Au ciel gris Passe un vol d’oiseaux sauvages ; Diagonale sur les eaux sombres.   Tumulte. Au fond d’une cabane délabrée, La pourriture aux ailes noires prend son envol ; Des bouleaux rabougris gémissent dans le vent....

Publié le 14/11/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Jean-Claude Schneider, La Peinture et son Ombre

      L’épaisseur du réel, peintures de Nicolas de Staël   [...]    D’autres peintures se vouent à l’expression de l’espace ou de la lumière ou des vibrations de couleurs, celle de Nicolas de Staël, d’emblée, veut dire l’épaisseur de la matière. Elle, matière, dont ma vue subit la brutalité lorsque l’obstrue ce chaos qui ne me parle pas...

Publié le 25/03/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Ossip Mandelstam, Des derniers poèmes

Me suis égaré dans le ciel... Le remède ? Vous, qui en êtes proches, répondez-moi Plus aisé de faire résonner les neuf disques pour athlètes des cercles de Dante.   Nul divorce entre moi et la vie — qui rêve de massacrer, puis aussitôt de caresser, afin que l'oreille, les yeux, les orbites palpitent d'une nostalgie florentine.   Sur mes tempes ne...

Publié le 04/04/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Ossip Mandelstam, Simple promesse, choix de poèmes 1908-1937

Une semaine avec les éditions de La Dogana                  Encore il se souvient de l'usure des souliers — De la majesté fruste de mes semelles Et moi, de lui : sa voix aux sonorités diverses. Ses cheveux noirs, au bord de la montagne de David.   Retapées à la craie ou au blanc d'œuf, Les enfilades de rues couleur...

Publié le 01/12/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Ossip Mandelstam, La Quatrième prose & autres textes (1922-1929)

                               Le titre rend compte du fait que le texte, jamais publié du vivant de Mandelstam, était son quatrième écrit en prose après  Le Bruit du temps, Le Timbre égyptien  et un volume d'essais ; Nadejda, son épouse à qui il l'avait dicté en 1929, le mit au net en...

Publié le 23/05/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georg Trakl, Nuit d'hiver, dans Œuvres complètes

                                Nuit d'hiver      De la neige est tombée. Passé minuit, tu quittes, enivré de vin pourpre, le quartier sombre des hommes, la flamme rouge de leur foyer. Ô les ténèbres !    Gel noir. La terre est dure, l'air a un goût d'amertume. Tes étoiles se...

Publié le 08/01/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Ossip E. Mandelstam, Simple promesse

Je ne sais s’il y a bien longtemps Qu’on chante cette rengaine : Sourdine aux feutres du voleur, Au bourdon du roi des moustiques…   Je voudrais pour ne rien dire Parler encore une fois, Chuinter comme une allumette, Houspiller la nuit, l’éveiller,   Soulever le bonnet de l’air Suffoquant comme une javelle Secouer et vider le sac Bourré...

Publié le 16/10/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Georg Trakl, L'automne du solitaire, dans Œuvres complètes

                   L’automne du solitaire   L’automne sombre s’installe plein de fruits et d’abondance, Éclat jauni des beaux jours d’été. Un bleu pur sort d’une enveloppe flétrie ; Le vol des oiseaux résonne de vieilles légendes. Le vin est pressé, la douce quiétude Emplie par la réponse ténue à des sombres...

Publié le 01/10/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Johannes Bobrowski, Terre d'ombres fleuves

                 Der Judenberg   Spinnenreise weiß, mit rötlichem Sand stäubte die Erde — Wald, flechtenhaarig, Tierschrei, stieß um die Wange ihm, Gras stach seine Schläfe.   Spät, wenn der Uhu, Sausen aus hundert Nächten, umherstrich durch den Schlaf der Geniste, hob er...

Publié le 29/04/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1