Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean genet

Tags relatifs

Dernières notes

Simeon Wade : Foucault en Californie

Simeon Wade (1944-2017) a enseigné l’histoire dans plusieurs universités dans les années 1970, avant de devenir infirmier à l’hôpital psychiatrique du comté de Los Angeles puis infirmier en chef à l’hôpital du comté de Ventura (Californie). Foucault en Californie , un récit inédit depuis quarante ans, vient de paraître. Californie en 1975. Simeon Wade, maître de conférences à l’Ecole...

Publié le 08/03/2021 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

Jean Genet, « Le funambule »

DR   « Et ta blessure, où est-elle ? Je me demande où réside, où se cache la blessure secrète où tout homme court se réfugier si l’on attente à son orgueil, quand on le blesse ? Cette blessure – qui devient ainsi le for intérieur, – c’est elle qui va gonfler, emplir. Tout homme sait la rejoindre, au point de devenir cette blessure elle-même, une sorte de cœur...

Publié le 19/07/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Jean Genet, La Parade

                                                   La Parade   Silence, il faut veiller ce soir Chacun prendre à ses meutes garde, Et ne s’allonger ni s’asseoir De la mort la noire cocarde   Piquer son cœur et l'en fleurir D’un...

Publié le 10/06/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean Genet, Ce qui reste d'un Rembrandt déchiré...

                                                      Ce qui est resté d’un Rembrandt…   Comme une odeur d’étable : quand, des personnages, je ne vois que le buste (Hendrijke à Berlin) ou seulement la tête, je ne peux m’empêcher de...

Publié le 01/05/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Encore ! (pour un Cri)

Je suis Le Cri béant, charnel et silencieux qu'ignorent les passants qui ne voient pas mes yeux si virulents que blêmes ! et possédés, sans fin, d'un probable "je t'aime" Je suis le vin sacré, bouchonné aux trottoirs coulant d'une blessure au flanc d'un pieux bagnard accusé d'être roide par un reigne éculé aux deux mains dans l'eau froide Je suis Petit Poucet, dans la forêt sans nom...

Publié le 14/02/2016 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Tetes Raides - Le condamné à mort

Publié le 04/10/2015 dans Chanson... par ylepape | Lire la suite...

JEHAN JONAS ”FLIC DE PARIS”

JEHAN JONAS "FLIC DE PARIS" (1967)   «Jehan JONAS, tu connais? Né en août 1944, Jehan JONAS a écrit des centaines de chansons, des poèmes, des sketches, des nouvelles, une comédie musicale pour enfants... Animé par se permanente révolte et son Amour de la Liberté il écrit insatiablement. Usant d'humour et d'ironie il se bat inlassablement contre...

Publié le 30/07/2015 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

Les bonnes, vice versa

La confusion des rôles est nourrie à la perfection. Dans la première scène, assiste-t-on à un échange entre Madame et l’une de ses bonnes, ou à une cérémonie trouble entre les deux bonnes, chacune dans son rôle assigné? La savoureuse outrance de ce jeu fardé, si physique, appuyé, permet d’entretenir cette indécision dans la mise en abime théâtrale, et ceci tout du long. Tournures de langage et...

Publié le 14/06/2015 dans Un Soir Ou... par guy | Lire la suite...

Jean Genet, L'atelier d'Alberto Giacometti

                                                Tout homme aura peut-être éprouvé cette sorte de chagrin, sinon la terreur, de voir comme le monde et son histoire semblent pris dans un inéluctable mouvement, qui s'amplifie toujours plus, et qui ne paraît devoir...

Publié le 07/12/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

« Mes vies » de Edmund White, à lire absolument sauf âmes sensibles !

Ce n’est certes pas un livre à mettre entre les mains de Christine Boutin, Laurent Wauquiez, Henri Guaino ou autres militant anti choix. Ils trouveraient dans les mémoires du génial auteur américain Edmund White bien des passages qu’ils utiliseraient pour démontrer que les gays ne sont que des obsédés sexuels prêts à tout pour un moment de plaisir ou assouvir leur libido. Ce livre...

Publié le 30/04/2014 dans Le blog de... par Jean-Luc ROMERO-Michel | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant