Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : claude simon

Tags relatifs

Dernières notes

Claude Simon, « L’acacia »

DR     Il suffit d’ouvrir – de rouvrir – un livre de Claude Simon, pour être pris par sa phrase et ne plus lever les yeux avant d’être parvenu, avec regret, au bout de l’aventure. L’écriture, tout simplement, comme on en croise peu au long d'une vie.   « […] Le soir, dans la salle à manger mal éclairée où dînaient aussi trois officiers et des...

Publié il y a 12 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Claude Simon, « Le Cheval »

Claude Simon, 31e Dragons, Luneville, 1935   « J’essayai de chanter. Je me mis à brailler à tue-tête. Mais personne ne continua. Pourtant il fallait absolument faire quelque chose. Je tâchai alors pour moi tout seul (et en réalité cela n’avait jamais été que pour moi tout seul mais j’avais espéré que les autres m’aideraient) de chanter quelque chose au-dedans de moi....

Publié le 13/04/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Claude Simon, « Le Jardin des Plantes »

DR   «Plus tard on le transporta à la campagne. Il neigea. Il pouvait voir au loin les montagnes aux glaces étincelantes. Vers la fin de l’hiver il plut beaucoup. Il écoutait le bruit de la pluie dans le verger. Il pouvait maintenant se lever, aller s’asseoir dans un fauteuil près de la fenêtre, d’abord une heure, puis deux. Le long des branches nues, noires, et luisantes, les...

Publié le 06/01/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Lettre de Claude Simon à Jean Dubuffet, 21 août 1982

Claude Simon à Jean Dubuffet Salses, le 21 août 1982 Cher Jean Dubuffet, Pardonnez-moi, je vous prie, mon retard à vous répondre, mais j’ai perdu mon temps ces derniers jours à me chamailler avec les services « culturels » et consulaires américains. J’étais invité cet automne à un colloque sur le roman à New York, mais sous prétexte que j’ai été membre du Parti...

Publié le 02/11/2013 dans Art &... par Fabien Rothey | Lire la suite...

Michel Butor. Stèle pour Claude Simon

  Stèle pour Claude Simon  par Michel Butor   pour Rhéa     Une enfance dans les vignes auprès d’une forteresse de l’autre côté des monts le vacarme de la guerre on veut y participer ce n’est que pour assister à l’écrasement du droit Mais c’est loin d’être fini reprend la guerre la guerre ici et là un brandon qui...

Publié le 18/08/2013 dans Art &... par Fabien Rothey | Lire la suite...

Lettre de Claude Simon à Jean Dubuffet, 21 mai 1973

Jean Dubuffet, Les riches fruits de l’erreur, 1963 Claude Simon à Jean Dubuffet   Paris, le 21 mai 1973   Cher Jean Dubuffet Ç’a l’ai un peu bête de renvoyer des compliments. D’autant qu’il y a souvent là tant de convenances… Mais votre lettre m’a fait tellement plaisir que ce serait encore un peu bête de ne pas vous le dire. Je suis très difficile et...

Publié le 08/08/2013 dans Art &... par Fabien Rothey | Lire la suite...

Lettre de Merleau-Ponty à Claude Simon, 23 mars 1961

  Merleau-Ponty répond à Claude Simon “Écrivain et penseur” (23 mars 1961)     Cher Monsieur, Merci de m’avoir fait part de vos réflexions, si désenchantées qu’elles soient, et si spontanées, elles viennent s’ajouter à ce que vous avez écrit, elles y prennent leur place et leur sens, de sorte que vous voilà, à mes yeux, encore un peu plus écrivain et...

Publié le 18/02/2013 dans Art &... par Fabien Rothey | Lire la suite...

MIREILLE CALLE-GRUBER/Claude Simon Une vie à écrire

Une lecture de Nathalie Riera       MIREILLE CALLE-GRUBER Claude Simon Une vie à écrire (Biographie/Seuil, 2011)     Notes Extraits         Source internet © Claude Simon       « Claude Simon, ce sera cela : une vie à écrire et...

Publié le 03/10/2011 dans LES CARNETS... par Nathalie RIERA | Lire la suite...

Claude Simon, Le tramway

… Personne ne ramassait les olives tombées de l’arbre et dont les pulpes écrasées parsemaient de taches noires les trois marches de brique par lesquelles, tournant brusquement à droite, se terminait la première rampe du sentier bordé de ces buissons d’un bleu pâle, personne non plus, sauf les enfants, ne faisait attention aux figues trop mûres, à la peau ratatinée et ridée, presque noire, à...

Publié le 14/04/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

No one in the corridor

Tu réfléchissais à toutes ces pages écrites depuis quelques mois, à cette hygiène que tu voudrais télique, où se mélangent les formes, les pronoms, les lieux, les noms. Puzzles, rhizomes, mikados (et une fois les bâtons soustraits un à un, peut-être autre chose que la surface de la table une), Möbius, Klein, le vide sans cesse électrisé ? Et tu tombes (c'est le mot qui convient : certaines...

Publié le 20/07/2010 dans off-shore par nauher | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant