Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : claude chambard

Tags relatifs

Dernières notes

Claude Chambard, Le chemin vers la cabane

                                  le jardin est désert aucun chemin n’en part ciel vert le matin ciel rouge le soir   un assemblage     un paysage   la porte du paradis est condamnée faute de clef   il n’y a pas de sentier derrière la...

Publié le 12/09/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Septain — des flux — de Vézelay

© : cchambard   Premiers jours de juin cette année ci. Ils donnent à voir un visage du monde gris, assez irréel. On se sent fébrile sous la pluie incessante. La route est coupée, les champs sont inondés – en bas. Qui suis-je pour savoir si les flux sont bienveillants ou malveillants ou neutres… Claude Chambard L’image première travail en cours

Publié le 02/06/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Septain – humide – de Vézelay

© : cchambard   Cinquième mois. Pluie sans cesse, de toits en vallées. Montées des brumes. Deux coulées de musique. Rythme sur le zinc & les tuiles plates. La vallée s’amuse à tourner le dos à la basilique inquiète. J’écoute la pluie, le vent. La maison grince. Un rêve de printemps. La même scène le matin. Des choucas, des coquelicots, des roses, des statues...

Publié le 01/06/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Septain – dit du Voisin – de Vézelay

© :cchambard   Lire le jardin chaque jour. Déchiffrer la partition simple & complexe des oiseaux. L’œil étonné, vif, scrutateur, inquiet. Crainte de la catastrophe. Crainte de l’éblouissement. Joie de l’éblouissement. Ne pas se fourvoyer est le minimum. L’oiseau l’exemple.   Claude Chambard L’image première travail en cours

Publié le 31/05/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Racine de la poésie

  Les Carnets d’Eucharis 2016     La récente livraison papier des Carnets d’Eucharis , la quatrième, offre, en ce printemps, dans une composition que l’on doit à Alain Fabre-Catalan et Nathalie Riera , une gerbe colorée où le présent voltige, le passé refleurit, où bien des muses sont chantées. Tout un bouquet de poètes à l’honneur… de l’Italie à...

Publié le 12/04/2016 dans flandres-hol... par daniel cunin | Lire la suite...

Les Carnets d'Eucharis, ”portraits de poètes”

Les Carnets d’Eucharis n° 48 viennent de paraître. Au sommaire, outre un joli dossier consacré à Charles Racine, vous trouverez des réflexions sur le travail de nombreux poètes, des poèmes français & traduits, des photographies, des notes de lecture etc. J’ai eu l'honneur d’être interrogé par Tristan Hordé – quatorze questions accompagnées d’un extrait d’un texte inédit : C’est nu,...

Publié le 26/03/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Claude Chambard, Carnet des morts

Les feuilles sont mortes sur votre tombeau, grand-père que je ne connais, élevé dans la forêt, la hache dans les deux poings. Perdu dans les rues des villes, pleurant le départ des enfants, & la femme morte trop jeune.   Où serions-nous allés ? Qu’auriez-vous montré à l’enfants ? Vous seriez-vous battu avec Grandpère ? Ou de votre air...

Publié le 22/03/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Cet être devant soi, extrait 2, de Claude Chambard

Encre d' Anne-Flore Labrunie     Le merle a mordu la feuille, déchiré le fruit, le bleu devient noir, les drapeaux de prières éclairent le soir, je vois grandir tes yeux dans la pénombre, j'ent ends ton souffle régulier, j'entre dans la chambre, les pinceaux sont par terre, l'encre renversée, le papier maculé, derrière le mur blanc tout est noir, le jardin est silencieux,...

Publié le 29/01/2016 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Claude Chambard, Le chemin vers la cabane & Tout dort en paix, sauf l'amour

le matin les tourterelles la pluie goutte dans la cheminée il faudrait ne pas quitter la chaleur du lit   cet été-là le lit n’a jamais été défait aucun oiseau n’a chanté   un jour j’ai marché le long d’une voie ferrée aucun train n’est passé   rien ne voulait de mes guenilles   ( ritournelle )   Claude Chambard,...

Publié le 03/11/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Claude Chambard, Cet être devant soi

                                            Enfant quand ai-je jamais fait mon ultime pas d’enfant... ma belle écriture pleine & déliée... ma gracieuse silhouette dans le jardin...

Publié le 12/07/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 Suivant