Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : claire malroux

Tags relatifs

Dernières notes

Le livre des dieux et des démons

« Je restais au cinéma toute la journée. Sur l’écran, une femme marchait dans une ville bombardée, Marchait et marchait. Elle portait des rangers. Elle avait de longues jambes nues. Partout où elle allait, il faisait froid. Elle me tournait le dos, mais j’étais amoureux d’elle. A la sortie je m’attendais à trouver l’Europe de la guerre. » Charles Simic, « Le livre des...

Publié le 17/10/2017 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

Emily Dickinson, « Y aura-t-il pour de vrai un matin »

« Je n’oserais pas quitter mon ami, Parce que — parce que s’il venait à mourir Pendant mon absence — et que — trop tard — J’atteigne le Cœur qui me désirait —   Si j’allais désappointer les yeux Qui fouillaient — fouillaient tant — du regard — Et ne pouvaient supporter de se clore Avant de m’“apercevoir” — de m’apercevoir —   Si j’allais...

Publié le 15/05/2016 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Henri Cole, « Le merle, le loup suivi de Toucher »

  chenin blanc   « Hé, humain, mon cœur a mal », proteste un corbeau, tandis que sur mon balcon je lis et bois du chenin blanc. Son copain goûte un rongeur flasque et semble vouloir dire quelque chose, levant un pied jaune agressif, une sorte d’homoncule : « Ce que tu désires, désire-le pour toi-même », claque-t-il du bec,...

Publié le 08/09/2015 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Claire Malroux, « Dits du cerf & de quelques biches »

L’apparition   « En fermant les yeux  je l’ai aperçu         Il se tenait devant moi à distance et dans une attitude d’attente Sur les fougères des gouttes de rosée tremblaient dans un petit vent frais La lumière redorait le monde C’était, ce ne pouvait être que l’aube, nul autre moment du jour ni de la nuit pour...

Publié le 30/05/2014 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

dits du cerf

        (...)   La lumière redorait le monde C’était, ce ne pouvait être que l’aube, ------------------------------------------ ------------------------------------------ -------------------------------------- Aérienne couronne, animal mi-arbre, arbre mi-animal, rêve ambulant Il était là   (...)        ...

Publié le 27/01/2014 dans pas la peine... par Mri | Lire la suite...

Pour accompagner Audrey Rupp

Notre amie Audrey Rupp vient de mourir. Nous avons travaillé ensemble pendant des années au Centre régional des lettres d’Aquitaine.   Ce furent des moments qui comptent encore. Nous en avons partagé bien d’autres, ailleurs. Que mes pensées et celles des miens l’accompagnent ainsi que ses chers Fred et Marie.     « Le premier Jour où...

Publié le 25/10/2013 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emily Dickinson, Poèmes, traduits par Claire Malroux

La « Nature » est ce que nous voyons — La Colline — l'Après-Midi — L'Écureuil — l'Éclipse — Un beau Bourdon — Mieux — la Nature est Paradis — La Nature est ce que nous entendons — Le Loriot — la Mer — Le Tonnerre — un Grillon — Mieux — la Nature est Harmonie — La Nature est ce que nous connaissons — Mais sans avoir l'air de le dire — Si débile est notre...

Publié le 30/09/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Henri Cole, Terre médiane (traduction Claire Malroux)

                                                 Mask   I tied a paper mask into my face, my lips almost Inside its small red mouth....

Publié le 21/04/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1