Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : carnets

Tags relatifs

Dernières notes

Un vieux libraire

Pour moi-même et les autres enfants élevés dans cet univers protégé qu’était le boulevard Dupuy à Oyonnax, la mitoyenneté permettait de circuler sans risque d’un jardin à l’autre. Peu de voisins y trouvaient à redire et cette mitoyenneté qui tourne aujourd’hui au cauchemar pour beaucoup de monde se vivait d’autant plus harmonieusement que les propriétés étaient toutes vastes.   Une...

Publié le 27/08/2019 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Rencontre et signature

Je participerai dimanche prochain 7 octobre de 10h à 17 h au Salon des auteurs de Pérouges organisé par la Maison des Arts Contemporains à la ferme de Pérouges, 99 route de la Cité. Je présenterai mes derniers livres, Prairie journal (carnets), Mariage d'automne (nouvelles) et Poèmes du bois de chauffage , un recueil qui vient de sortir, ainsi qu'un certain nombre de titres des...

Publié le 01/10/2018 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Joseph Joubert, Carnets, II

                                         17 juin 1812 N’ayant rien trouvé qui valut mieux que le vide, il laisse l’espace vacant.   2 juillet L’indifférence donne un faux air de supériorité.   29 juillet Quand on a trop craint ce qui arrive, on finit par...

Publié le 08/10/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

CAMUS, lire et relire ses « Carnets »…

«  Carnets  », journal de pensée, journal d’écriture… Livre de chevet, comme le Journal de Kafka. De ces livres lus et relus... Mais là je reprends (et commente) deux citations posées sur des pages Facebook dédiées à Camus, ces pages littéraires qui font relire des fragments au hasard. Parfois c’est « Albert Camus », parfois « Albert Camus, pensée du jour ». Et...

Publié le 16/02/2017 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Joseph Joubert, Carnets, I

                                                  La mort remplira leur bouche de terre.   Une conversation ingénieuse avec un homme, c’est une mission. Avec une femme, c’est une harmonie, un concert. Il y a le rapport de l’octave à la basse. Vous sortez...

Publié le 12/11/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Paul de Roux, Au jour le jour

                                                                    Photographie Jacques Sassier   1/11 (Toussaint)      On sait qu’il est difficile de commencer. De tracer les premières...

Publié le 01/11/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Christian Cottet-Emard, l'homme sans qualités.

Si l’histoire retiendra que 2016 fut l'année de tous les dangers, elle restera pour Orage-Lagune-Express et Germes de Barbarie comme l’année du renouveau. Avec des projets plus ambitieux et en nous adaptant aux  nouveaux modes d’impression et de distribution,  ce n’est plus une mais deux maisons d’édition qui viennent de renaître. Le dernier ouvrage  de Christian...

Publié le 19/07/2016 dans Editions... par germesdebarbarie | Lire la suite...

Magic Printemps Circus

La nature parle aux amoureux. Pour les autres, elle a quand même sa petite musique. Les bourgeons déjà là comme si tout ce qui s’était passé avant n’avait jamais existé. Le vieil amoureux reprend le teint frais mais il est toujours aussi moche à l’intérieur. C’est un grand romantique, excepté aux heures de repas. Elle est très tendre quand elle a bien mangé. Pourquoi les...

Publié le 19/04/2016 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Henry James, Carnets, dans Un portrait de femme et autres romans

                                  ( ...) je ne parlerai pas d’Ivan Tourguéniev, le plus délicieux et le plus aimable des hommes, ni de Gustave Flaubert, que je serai toujours si heureux d’avoir connu ; nature puissante, grave, mélancolique, virile, profondément corrompue mais non corruptrice....

Publié le 08/04/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Joseph Joubert, Carnets, II

                                      1805   ... comme une araignée qui n’aurait pas de pattes n’aurait pas moins en elle-même l’habileté d’ourdir sa toile.   Quiconque n’est jamais dupe n’est pas ami.   De ce qu’il faut pour vivre avec les autres — ­et — de ce...

Publié le 03/03/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant