Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : rainer maria rilke

Tags relatifs

Dernières notes

Rainer Maria RILKE, Le livre de la pauvreté et de la mort. Ou ce ”que tout homme en soi porte”,...

Ô vers où l’emporta, lui si clair, sa chanson? Que ne le sentent-ils de loin dans sa joie et dans sa jeunesse les pauvres qui attendent ?   Que ne surgit-il en leur crépuscule — Lui, de la Pauvreté grande étoile du soir ? Rainer Maria Rilke Le Livre de la pauvreté et de la mort (1903), excipit Seuil, Œuvres 2 , 1972 (traduction de Jacques...

Publié le 15/07/2020 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, Chant éloigné

[Pour Madame Agnes Renold]   Nous ne sommes que bouche. Qui chantera le cœur lointain  que rien n’atteint, qui règne au plus profond de toutes choses ? Sa grande pulsation se partage entre nous en pulsations moindres. Et sa grande douleur, comme sa grande exaltation, sont trop fortes pour nous. Ami, nous ne cessons de faire effort pour nous en détacher...

Publié le 26/05/2020 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Qui que tu sois

        Qui que tu sois: c'est le soir, tu quittes ta chambre, où tout t'est connu. Ta maison est la dernière avant le lointain: qui que tu sois. Tes yeux fatigués peinent à se détacher du seuil usé . Tu soulèves lentement un arbre noir et tu le mets, élancé et solitaire, contre le ciel. Et tu as créé le monde. Et le monde est grand, comme un mot...

Publié le 12/05/2020 dans La renouée... par Paola Pigani | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, Auguste Rodin, Correspondance 1902-1913 : recension

         En 1902, Rodin, à 62 ans, reconnu aux Etats-Unis et au Japon comme en Europe, homme d’affaires avisé, reçoit de nombreuses commandes de musées et de particuliers, Rilke, lui, poète pas encore estimé en Allemagne, n’a publié aucune de ses œuvres majeures. Il découvre Rodin grâce à son épouse, Clara Westhoff, elle-même sculptrice, et il lui écrit, en...

Publié le 30/12/2018 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Questions

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. » Rainer Maria Rilke

Publié le 12/01/2018 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, Correspondance

                                   À Annette Kolb         ...

Publié le 29/09/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Lou Andreas-Salomé, Lettre à Rainer Maria Rilke

                                     Vienne IX, Pelikangasse 13, 13 janvier 1913   Cher Rainer, J’ai devant moi ta lettre, qu’on vient de m’apporter, et il me semble que la neige de ces premières vraies journées d’hiver qui s’étale devant mes fenêtres et sur le jardin en fait aussi...

Publié le 22/07/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, La mélodie de l'amour et de la mort du cornette Christoph Rilke

                                    Chevaucher, chevaucher, chevaucher, le jour, la nuit, le jour. Chevaucher, chevaucher, chevaucher.    Et la vaillance est maintenant si lasse et la nostalgie si grande. Il n’y a plus de montagnes, à peine un arbre. Rien n’ose se lever. Des...

Publié le 09/07/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, Pour te fêter (Pour Lou Andreas Salomé)

                    Rilke avec Lou Andreas Salomé en Russie, 1897  ...

Publié le 06/12/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Rainer Maria Rilke, Sonnets à Orphée

II   Et presque jeune fille alors et de surgir de ce bonheur uni du chant et de la lyre et tous ses voiles de printemps de resplendir, si claire, et de se faire un lit dans mon oreille.   Et de dormir en moi. Et tout fut son sommeil. Les arbres que j’ai pu quelque jour admirer, ce lointain, ce touchable, et, touchés, les herbages, et chaque...

Publié le 02/07/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 Suivant