Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : prose

Tags relatifs

Dernières notes

Pourquoi j'ai modifié la fin de mon GRAND VARIABLE dans la nouvelle édition

Samia, l'un des personnages du Grand variable (dessin de Frédéric Guénot)   Pour cette nouvelle édition du Grand variable , j'ai légèrement modifié la fin, le centième épisode dont le sens risquait aujourd'hui de porter à confusion. Pour m'en expliquer, je dois préciser que beaucoup n'ont vu dans ce livre qu'un récit onirique, une sorte de fantaisie, alors que l'ouvrage ne...

Publié le 11/09/2021 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

L'homme qui sent la patate

(Extrait de mon livre, Le grand variable , qui vient de sortir dans une nouvelle édition.) Le jour de mon entrée à l'usine, je suis pris en charge par l'homme qui sent la patate. Petit, rondouillard, toujours suant, cet homme a pour mission de m'apprendre le maniement de la machine à lier des boîtes en carton pliées à plat. Il sent les pommes de terre car il en consomme de si grandes...

Publié le 02/09/2021 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Épuisé peu de temps après sa publication en 2002, mon GRAND VARIABLE sort dans une nouvelle...

Curieux destin que celui des livres. Je me suis attelé à mon Grand variable en novembre 1996, en même temps qu’à un autre livre, et j’ai terminé la version manuscrite en octobre 1997, l’année du passage près de la Terre de la comète Hale Bopp. J’utilisais des cahiers en papier recyclé offerts par ma fille alors écolière. J’écrivais avec des stylos à plume jetables à l’encre de couleur,...

Publié le 27/08/2021 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (284)

"Elle la regarde, s'interrompt dans la répartition des assiettes et des couverts sur la table. Mais enfin, Clara, quand cesseras-tu d'en demander toujours plus à la vie? Un silence. La main de son père toujours sur son épaule. Je ne demande rien, maman, j'essaie simplement d'arrêter de me brutaliser, je fais ce que je peux. Elle voudrait ajouter que la vie court vite, qu'elle court sur les...

Publié le 22/08/2021 dans La plume et... par Do | Lire la suite...

Vient de paraître :

Nouvelle édition illustrée, revue et commentée 4ème de couverture : Dans sa solitude, le narrateur a braqué la lunette astronomique de l’enseigne de vaisseau Mhorn sur le monde terrestre, beaucoup plus énigmatique que les plus lointaines planètes. Que voit-il ? Des personnages pétris de matière solaire ou encore une jeune fille qui pourrait bien être une comète. C’est que la...

Publié le 22/08/2021 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (282)

"Il la regarde avec un enchantement vermillon dans le coeur. Il aime décidément tout chez elle, ses joues roses lorsqu'elle s'emporte, cette perle de sueur sur le bout du nez, et sa façon de porter ample ses chemises sur un corps d'une si extrême minceur. Peut-être tout cet élan vers elle est-il aussi programmé? Il s'en fout. La vie commence peut-être quand on sait qu'on n'en a pas....

Publié le 25/07/2021 dans La plume et... par Do | Lire la suite...

Claude Esteban, « Le travail du visible »

Claude Lorrain, Paysage avec Énée à Délos , 1672,  National Gallery, Londres   « L’image – figurative ou non, considérons que la querelle est close – ne nous restitue pas, formellement ou par analogie, une relation particulière de l’extérieur, un récit du réel, retranscrit et régi par des modèles de l’intelligible ou de l’onirique. L’image nous informe, rêveusement, sur la...

Publié le 30/05/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

LE THE (Théodore de BANVILLE (1823-1891)

Miss Hellen, versez-moi le Thé Dans la belle tasse chinoise, Où des poissons d'or cherchent noise Au monstre rose épouvanté. J'aime la folle cruauté Des chimères qu'on apprivoise : Miss Hellen, versez-moi le Thé Dans la belle tasse chinoise. Là sous un ciel rouge irrité, Une dame fière et sournoise Montre en ses longs yeux de turquoise L'extase et la naïveté ;...

Publié le 09/05/2019 dans elisabethleroy par Elisabeth | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (226)

"Trop de bruits, de rires, de mouvements. Il s'en veut mais parfois même la joie l'épuise. La vie elle-même. Dans son battement, son activisme forcené, sa vitesse, son grouillement permanent. Il ne supporte plus tout ça très longtemps. Il lui faut de longues plages de calme et de silence, de repos. Comme on reprend son souffle. Il a besoin de tellement plus de temps, de lenteur. C'est...

Publié le 10/06/2018 dans La plume et... par Do | Lire la suite...

Ma rentrée au Maroc, 1 ère du Café thé 89(extrait)

http://www.unebonnenouvelleparjour.com/2017/10/les-resultats-du-cafe-the-n-89-rentree-scolaire C’est la rentrée chez les Croqueurs de Môts!!! 02. septembre 2016 · 11 commentaires · Catégories: INFOS COQUILLE   J’ai mal au coeur J’ai vomi tout mon quatre-heures J’ai mal au tripes Même pas la grippe J’ai mal à la tête Point de fête J’ai mal au pieds Je ne...

Publié le 01/11/2017 dans Laura... par laura | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 Suivant