Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : le clezio

Tags relatifs

Dernières notes

Jean Grosjean : présentation

    Témoignage de J.M.G Le Clézio " Il est le passant, le passeur de notre siècle. Il le traverse tranquillement, sans faire de bruit, mais à grandes enjambées, d'une marche ferme et sûre, et non pas à la hâte, comme quelqu'un qui sait où il va, le regard aux aguets, les mains libres de bagages. Depuis le premier jour que j'ai commencé à marcher avec lui, il n'a...

Publié le 02/08/2010 dans Traversées... par O.B | Lire la suite...

Ritournelle de la faim

Ethel entre dans l'adolescence alors que la Seconde guerre mondiale se profile. Enfant d'une bourgeoisie qui s'enferme dans ses privilèges, elle va vivre la déchéance de sa famille, connaître la faim, la guerre, la fuite.  Ce que raconte JMJ Le Clézio est l'histoire romancée de sa mère. L'histoire d'une génération brisée et en révole dès avant la guerre: "Ma mère, quand...

Publié le 14/11/2008 dans Chiff' par Chiff' | Lire la suite...

L'Escurial par J. M. G. Le Clezio

J. M. G. Le Clezio vient de sortir un livre autour du cinéma au joli titre de Ballaciner . Un chapitre traite des cinémas de son enfance niçoise. Il y évoque nombre de salles et en particulier l'Escurial : Je me souviens particulièrement de La Tunique , peplum chrétien des années 1950. La salle s'appelait l'Escurial, nom bien trouvé pour accueillir un tel spectacle. C'était un chef...

Publié le 30/10/2008 dans Cher Nanni... par chernanni | Lire la suite...

Emouvant

Dans un récent numéro de Marianne, un chroniqueur littéraire s'en est pris assez vertement à Jean-Marie Le Clézio , dégommant son dernier livre, " Ritournelle de la faim ", chipotant sur certaines tournures employées à plusieurs reprises et ironisant sur la tonalité générale du bouquin. C'est son droit le plus absolu. J'imagine néanmoins qu'il peut aussi s'agir d'un petit jeu plutôt malsain...

Publié le 24/10/2008 dans Musiques... par Denis Desassis | Lire la suite...

Sully Nobel Prudhodommisé...

Le prix Nobel (200 000) francs est acquis à Sully-Prudhomme, envisagé par les académiciens de Stockholm, luthériens dessalés et moralistes perspicaces, comme l'ouvrier de "la plus belle oeuvre idéaliste". Le patriotisme en personne est forcé d'en convenir, même à Paris, on n'est pas plus bête que ça. L'heureux vainqueur à déclaré son intention d'employer cette somme à venir en aide aux...

Publié le 10/10/2008 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Oublier Le Clezio

La dernière fois que j'ai lu un Le Clezio , je l'ai même pas acheté. C'était il y a quelques années, à la Fnac. Son autobiographie. C'était si mal écrit, ou si pas écrit, ou écrit de façon si plate, que je me suis assis sur une chaise, j'ai commandé un petit café dans le coin buvette du centre de distribution d'objets culturels indéterminés et je l'ai -comme on dit d'une vitre quand...

Publié le 09/10/2008 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Racines

"J'envie ceux qui ont une terre natale, un lieu d'attache. Moi, je n'ai pas de racines, sauf des racines imaginaires. Je ne suis attaché qu'à des souvenirs". JMG Le CLezio, interview donnée au Nouvel Obs de ce matin.

Publié le 25/09/2008 dans KallyVasco par KALLYVASCO | Lire la suite...

Réciprocité

D'après un communiqué laconique d'un porte-aprole, Julien Gracq n'avait pas le souci de l'au-delà ; ça tombe bien vu que l'au-delà n'a pas le souci de Julien Gracq non plus. Difficile de trouver un poète plus ennuyeux ou plus artificiel. Sauf peut-être J.M.G. Le Clézio, qui perpétue le style "profs de lettres modernes" de Gracq.

Publié le 26/12/2007 dans Lapinos par Xavier JASSU | Lire la suite...

Boire le soleil

Le Clezio, parfois, a des moments beaux. Simplement beaux. Ces lignes extraites de Lullaby , par exemple, parce que son dernier, Ourania , était mou, mais d'un mou (lui aussi...) Lullaby sentit que ses forces revenaient. Elle sentit aussi le dégoût, et la colère, qui remplacaient peu à peu la crainte. Puis, soudain, elle comprit que rien ne pourrait lui arriver, jamais. C'etait le...

Publié le 28/09/2007 dans KallyVasco par KALLYVASCO | Lire la suite...

Page : 1