Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : josé corti

Tags relatifs

Dernières notes

Emily Dickinson, « Il est une fleur… »

  « Il est une fleur que l’Abeille préfère — Et que le Papillon — désire — À gagner cette Pourpre Démocrate Le Colibri — aspire —   Et Tout Insecte qui passe — Emporte du Miel À proportions de ses besoins divers Et de ce qu’elle — contient —   Son visage est plus rond que la Lune Et plus vermeil que la Robe De l’Orchis dans la...

Publié le 06/06/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Emily Dickinson, « Fais-moi un tableau de soleil »

  « Fais-moi un tableau du soleil — Que je l’accroche dans ma chambre. Et fasse semblant de me réchauffer Quand les autres s’écrieront “Jour” !   Dessine-moi un Rouge-gorge — sur une tige — À l’entendre, je rêverai, Et quand les Vergers ne chanteront plus — Rangerai — mon simulacre —   Dis-moi s’il fait vraiment — chaud à midi —...

Publié le 27/04/2020 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Miklós Szentkuthy, « Vers l’unique métaphore »

DR   « Combien atroces, étourdissants que ces trois mondes : quelqu’un a proximité travaille son piano à un rythme forcené ; je lis un roman ; je médite sur mon sort, sur mes infirmités. La musique, techniquement, est presque parfaite : les touches s’envolent du corps du piano comme les perles d’eau d’une fontaine — c’est la statue de la santé, du...

Publié le 30/11/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

L’or des mots

Ghérasim Luca, La paupière philosophale , José Corti, 2016   Chez Ghérasim Luca , la parole poétique est plurielle et singulière, fragmentaire et fluide. On le constate dans tous les recueils à la fois issus du surréalisme et tendus vers la poésie sonore, l’expérimentation et la performance, composés de textes dans lesquels les mots sont plus que des mots : des objets...

Publié le 16/05/2016 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Pour accompagner Audrey Rupp

Notre amie Audrey Rupp vient de mourir. Nous avons travaillé ensemble pendant des années au Centre régional des lettres d’Aquitaine.   Ce furent des moments qui comptent encore. Nous en avons partagé bien d’autres, ailleurs. Que mes pensées et celles des miens l’accompagnent ainsi que ses chers Fred et Marie.     « Le premier Jour où...

Publié le 25/10/2013 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Brigitta Trotzig, « Contexte matériaux »

« Il est possible de vivre comme si de rien n’était. Sensibilité et sentiment se figent. Les visages disparus. L’instinct de mort est très fort.   De l’oubli. Du “pays” de l’oubli — une étrange contrée. Là l’autre n’existe plus, le corps a disparu, il n’y a plus d’ombres. Comme si tout devenait moitié, un trouble de la vue. Maintenant on vit dans la douce lumière de la...

Publié le 20/07/2013 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

GEORGES FOUREST : ” LES POISSONS MELOMANES ”

  GEORGES FOUREST  " LES POISSONS MELOMANES "   Poème de Georges FOUREST Lu par Nicolas LORMEAU   La Négresse blonde , 1909 © José Corti   Né le 6 avril 1867 à Limoges, Georges FOUREST suit des études de droit. Il se qualifie ensuite d’"avocat loin de la cour d’appel", comme il aime à se nommer. Il vient à Paris, où il...

Publié le 10/04/2013 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

GEORGES FOUREST : ” SARDINES A L'HUILE ”

  GEORGES FOUREST  " SARDINES A L'HUILE "   Poème de Georges FOUREST Lu par Nicolas LORMEAU   La Négresse blonde , 1909 © José Corti   Né le 6 avril 1867 à Limoges, Georges FOUREST suit des études de droit. Il se qualifie ensuite d’"avocat loin de la cour d’appel", comme il aime à se nommer. Il vient à Paris, où il fréquente...

Publié le 09/04/2013 dans AU MAGMA... par MILIQUE | Lire la suite...

Les faits et les objets

Marius Daniel Popescu, Les couleurs de l’hirondelle , José Corti, 2012 Prix de l'Inaperçu 2012 La symphonie du loup , le précédent roman de Marius Daniel Popescu (José Corti, 2007), débutait par la mort du père ; Les couleurs de l’hirondelle commence et finit (presque) par l’enterrement de la mère. Entretemps, le puzzle narratif se met en place, mêlant le passé...

Publié le 25/05/2012 dans Notes et... par Jean-Pierre Longre | Lire la suite...

Lecture de Marie Etienne et Philippe Beck, le 10-2, Librairie Tschann

Il y avait plusieurs lectures le même jour : un choix à faire, donc. Mais aussi un prétexte trouvé, si on ne pouvait être là, pour se procurer les ouvrages, faire des recherches, lire les auteurs… Marie Etienne et Philippe Beck, le 10 février     Librairie Tschann, 125 bd. Du Montparnasse, Paris 6°       ...

Publié le 10/02/2011 dans Trames nomades par MCSJuan | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant