Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : jean follain

Tags relatifs

Dernières notes

Malcolm Lowry, Réveil

                                                         Réveil   L’homme ressemble à un homme qui se lève tard Contemple l’assiette sale de son dîner Aussi les bouteilles vides Toutes lampées dans les larges comment vas-tu...

Publié le 13/09/2016 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean Follain, Appareil de la terre

                      Gestes   Au soir éblouissant ceux qui font ce geste : clore un vêtement noir regrettent une jaune terre où se prenaient leurs pieds. D’autres que cernent la mer sur le banc de sable agitent les bras. Certains gardent...

Publié le 27/04/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

L'aube et la nuit

S’épuiser à chercher le secret de la mort fait fuir le temps entre les plates-bandes des jardins qui frémissent dans leurs fruits rouges et dans leurs fleurs. L’on sent notre corps qui se ruine et pourtant sans trop de douleurs. L’on se penche pour ramasser quelque monnaie qui n’a plus cours cependant que s’entendent au loin des cris de fierté ou d’amour. Le...

Publié le 12/04/2014 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

Jean Follain, Paris

                        Squares, jardins, places, passages      Les grands parcs furent entourés de grilles en fer de lance. Les squares furent seulement ceints de basses clôtures de fer. Au centre fut parfois édifié un kiosque à musique....

Publié le 10/06/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Malcolm Lowry, Divagation à Vera Cruz, traduction Jean Follain

  Divagation à Vera Cruz   Où s'est-elle enfuie la tendresse demanda-t-il demanda-t-il au miroir du Baltimore Hôtel, chambre 216. Hélas son reflet peut-il lui aussi se pencher sur la glace en demandant où je suis parti vers quelles horreurs ? Est-ce elle qui maintenant me regarde avec terreur inclinée derrière votre fragile obstacle ? La tendresse se...

Publié le 11/03/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean Follain, Usage du temps

                  Figures du temps   Cet idéal ciel il semble qu'il ne forme qu'une unique armoirie un blason solitaire.   En ce temps où Paris était tout un théâtre et des corps de femme un sésame des filles vivaient qui avaient vingt ans à beautés vivaces à semblables voix   et...

Publié le 02/02/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean Follain, Paris

                                        Cimetières      Le Père-Lachaise, lieu de l'ultime résistance des communards, reste pénétré des odeurs du dernier siècle quand s'agglutinèrent à Paris plusieurs villages de la banlieue. M. Thiers, le nabot à vigoureuse cervelle...

Publié le 17/07/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Jean Follain, Usage du temps

      Quincaillerie   Dans une quincaillerie de détail en province des hommes vont choisir des vis et des écrous et leurs cheveux sont gris et leurs cheveux sont roux ou roidis ou rebelles. La large boutique s'emplit d'un air bleuté, dans son odeur de fer de jeunes femmes laissent fuir leur parfum corporel. Il suffit de toucher...

Publié le 14/01/2012 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Malcolm Lowry, Pas de compagnie... (traduction Jean Follain)

                            Pas de compagnie hormis la peur   Comment tout a-t-il donc commencé et pourquoi suis-je ici à l’arc d’un bar à peinture brune craquelée de la papaya, du mescal, de l’Hennessy, de la bière deux crachoirs gluants...

Publié le 29/07/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

CONNAIT-ON GEORGES DUV(E)AU ?

  Georges Duvau, 1927     Le nom de Georges Duvau se rattache à la création de L'Œuf Dur (1921-1924), revue qui publia Louis Aragon , Marcel Arland , Francis Carco , Blaise Cendrars , Jean Cocteau , Joseph Delteil , Pierre Drieu La Rochelle , Max Jacob , Valery Larbaud , Pierre Mac Orlan , Maurice...

Publié le 02/11/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant