Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : hector berlioz

Tags relatifs

Dernières notes

Interlude musical

Villanelle des Nuits d'été d'Hector Berlioz .    

Publié le 07/03/2019 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Hector Berlioz « Un génie bouillonnant et révolutionnaire »

Hector Berlioz est né le 11 décembre 1803, à La Côte-Saint-André, dans l’Isère. Il est descendant d’une vieille famille dauphinoise. Son père, Louis Berlioz, né en 1776, y travaille comme médecin et a épousé Antoinette-Joséphine Marmion. En 1809, le jeune Hector commence des études au séminaire. Celui-ci ferme en 1811. Son père décide alors de prendre en main lui-même la direction des études...

Publié le 25/02/2019 dans CLASSIK RADIO par diazd | Lire la suite...

Le pélerinage des feux follets

              Tombe de Hector Berlioz au cimetière de Montmartre, à Paris, photographie : mars 2014.        

Publié le 17/06/2014 dans Les Lettres... par Frédéric Tison | Lire la suite...

Les Troyens

Les Troyens   Soirée enchantée hier soir à Marseille, avec cette oeuvre monumentale de Berlioz! Promenade sur le vieux port, rafraichissement nocturne sur la Corniche, la tête encore résonnante des accents martiaux de la partition… La générosité de Roberto Alagna nous séduit, son art paraît si facile! Un petit bémol sur la performance de Béatrice Uria manzon, mais bien rattrapée au...

Publié le 16/07/2013 dans GOUTTES D'O par GOUTTES D'EAU | Lire la suite...

Les visages hâves des parisiens des bas-fonds, les visages lumineux des saints des cieux

« Un des spectacles où se rencontre le plus d’épouvantement est certes l’aspect général de la population parisienne, peuple horrible à voir, hâve, jaune, tanné. Paris n’est-il pas un vaste champ incessamment remué par une tempête d’intérêts sous laquelle tourbillonne une moisson d’hommes que la mort fauche plus souvent qu’ailleurs et qui renaissent toujours aussi serrés, dont les...

Publié le 04/02/2013 dans AlmaSoror par Note | Lire la suite...

Berlioz et l'inflation fantastique

  C’est du portrait peint par Emile Signol en 1832 que Lucien Fontanarosa   (1912-1975) s’inspira en 1969, lorsque la banque de France lui passa commande d’une aquarelle pour figurer sur   son dernier billet de dix francs à l’effigie d’Hector Berlioz. Lucien Fontanarosa avait déjà été sollicité en 1964 pour le 500 f ( Pascal ), en 1965 pour le 100F ( Delacroix ) et en 1967...

Publié le 14/12/2011 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Les dimanches poétiques (41)

"En l'apercevant, je sentis une secousse électrique; je l'aimai, c'est tout dire. Le vertige me prit et ne me quitta plus. Je n'espérais rien... Je ne savais rien... mais j'éprouvais au coeur une douleur profonde. Je passais des nuits entières à me désoler. Je me cachais le jour dans des champs de maïs, dans les réduits secrets du verger de mon grand-père, comme un oiseau blessé, muet et...

Publié le 03/04/2011 dans La plume et... par Do | Lire la suite...

un accordéon dans la philharmonie

Seiji, imagine-toi. Seiji Ozawa. Pour la création mondiale de l'intégrale du " Temps l'Horloge ", de Henri Dutilleux au Théâtre des Champs-Elysées. C'était jeudi soir. Avec mon ami d'amour - celui qui vit toujours tant dans mon cœur et dans ce blog, au gré de mes joies et de mes peines, celui qui me fait osciller de l'ombre à la lumière, celui qui s'est ouvert à la France par sa musique...

Publié le 10/05/2009 dans entre deux eaux par entre2eaux | Lire la suite...

Harpe éolienne

Le vent souffle sans arrêt depuis deux jours. Un peu fatiguant à la longue, mais ça me donne une occasion rêvée de reparler des harpes éoliennes, si souvent évoquées par les écrivains ou les musiciens : " A peine levé, j’allai m’asseoir au fond de mon bosquet de rosiers, et, machinalement, sans avoir la conscience de ce que je faisais, j’ouvris à deux battants la porte de ma harpe...

Publié le 19/10/2007 dans Chercheurs... par Gérard Nicollet | Lire la suite...

Page : 1