Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : gustave flaubert

Tags relatifs

Dernières notes

C’est calme ! C’est calme !

« Ce qui me semble à moi, le plus haut dans l’Art (et le plus difficile), ce n’est ni de faire rire, ni de faire pleurer, ni de vous mettre en rut ou en fureur, mais d’agir à la façon de la nature, c’est-à-dire de faire rêver. Aussi les très belles œuvres ont ce caractère. Elles sont sereines d’aspect et incompréhensibles. Quant au procédé, elles sont immobiles comme des falaises,...

Publié il y a 24 jours dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

Depuis quelques années, je redécouvre Flaubert et plus je le lis/plus je vieillis, plus je l'apprécie. Aussi, je me suis dit qu'il était temps de réessayer L'Education sentimentale qui m'avait rasée il y a quelques quinze ans au point d'en abdiquer la lecture aux alentours de la page 140 (mon nombre de pages fatidique à l'époque). Pour me motiver à réitérer l'expérience dans l'année en...

Publié le 29/07/2020 dans La petite... par Estrella Oscura | Lire la suite...

Flaubert et la catastrophe française de 1870

Flaubert et la catastrophe française de 1870 par Nicolas Bonnal Je dirais que la correspondance de Flaubert est le plus grand livre du monde moderne, devant même le Zarathoustra de Nietzsche,  et qu’il est gratuit, à télécharger en plusieurs volumes sur le site Gallica de la bibliothèque nationale, dont on saluera le travail. Il y a des milliers de pages, alors...

Publié le 17/06/2020 dans Euro-Synergies par Ratatosk | Lire la suite...

Madame Bovary (Gustave Flaubert)

Il est géant, à tous points de vue, et double : «  Il y a en moi, littérairement parlant, deux bonshommes distincts : un qui est épris de gueulades, de lyrisme, de grands vols d’aigle, de toutes les sonorités de la phrase et des sommets de l’idée ; un autre qui fouille et creuse le vrai tant qu’il peut, qui aime à accuser le petit fait aussi puissamment que le grand, qui voudrait...

Publié le 01/05/2020 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Isabelle Huppert, flaubertienne

  Cet article est paru dans le numéro décembre/janvier 2020 de La Revue des deux mondes   « Isabelle Huppert, c’est elle », serait-on tenté d’écrire à propos de ce premier livre remarquable de Murielle Joudet qui, dès son exergue flaubérienne , « vivre ne nous regarde pas » , pose l’éternelle question des rapports entre la vie et l’art. Si « ce...

Publié le 12/03/2020 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Actualité de Léon Bloy

  Gustave Flaubert nous avait déjà gratifiés d'un Dictionnaire des idées reçues qui ne manquait pas de sel mais en restait justement aux limites du cadre définitoire. On attend que l'écriture se déploie, en vain (certains diront que l'auteur s'était chargé de mettre en scène la bêtise dans ses romans... certes). Avec son Exégèse des Lieux communs , Léon Bloy satisfait notre désir...

Publié le 19/02/2020 dans off-shore par nauher | Lire la suite...

Isabelle Huppert, flaubertienne

A propos de Isabelle Huppert - Vivre ne nous regarde pas , un livre de Murielle Joudet   Quand la cinéphilie devient une quête spirituelle…   « Isabelle Huppert, c’est elle », serait-on tenté d’écrire à propos de ce premier livre remarquable de Murielle Joudet qui, dès son exergue flaubérienne , « vivre ne nous regarde pas » , pose...

Publié le 25/11/2019 dans Pierre Cormary par Pierre CORMARY | Lire la suite...

Les racines normandes de Gustave Flaubert

" Normands, tous tant que nous sommes, nous avons quelque peu de cidre dans les veines. C'est une boisson aigre et fermentée et qui quelquefois fait sauter la bonde. " Voilà comment le rouennais Gustave Flaubert (1821-1880) revendiquait son origine normande ! Car, si sa famille paternelle était champenoise, ses ascendants maternels, qui s'étaient par la suite installés à Caen, étaient...

Publié le 14/07/2019 dans PASSION... par Catthye | Lire la suite...

Les classiques

"Le public respecte les bustes mais les adore peu. On a pour eux une admiration de convention et puis c'est tout. Le bourgeois (c'est-à-dire l'humanité entière maintenant, y compris le peuple) se conduit envers les classiques comme envers la religion : il sait qu'ils sont, serait fâché qu'ils ne fussent pas, comprend qu'ils ont une certaine utilité très éloignée, mais il n'en use nullement...

Publié le 22/05/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

et c’est calme ! C’est calme ! 

« Ce qui me semble à moi, le plus haut dans l’Art (et le plus difficile), ce n’est ni de faire rire, ni de faire pleurer, ni de vous mettre en rut ou en fureur, mais d’agir à la façon de la nature, c’est-à-dire de faire rêver. Aussi les très belles œuvres ont ce caractère. Elles sont sereines d’aspect et incompréhensibles Quant au procédé, elles sont immobiles comme des falaises,...

Publié le 20/05/2019 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Page : 1 2 3 4 5 6 Suivant