Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : alain lance

Tags relatifs

Dernières notes

Volker Braun, « Ripaille nocturne avec Su Dung-po (1036-1101) »

  « Sur le sol je me repose De Ma poitrine coule l’eau D’où   Sources jaillissant des pierres   L’espoir est insensé Tout comme le désespoir Personne ne boit ? Demande le drap : “Laisse écouler le reste de ta vie…”   J’ai bien trop de sueur Mais pas assez d’encre Et salive plus que patience Pour décrire le...

Publié il y a 10 jours dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Volker Braun, « Walter Benjamin dans les Pyrénées »

DR   « S’enfoncer calmement dans le mur de brouillard. Les bras rament repliés mais régulièrement. Selon les indications du papier au-dessus du précipice L’explosif dans la sacoche Le présent   Pas à pas, comme le hasard Offre au pied un mince point d’appui Dans le matériau. Chère Madame, le vrai risque Serait de ne pas partir. D’après la...

Publié le 09/03/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Alain LANCE le MOIS de NOVEMBRE

Chambre où vit la célèbre veuve Novembre livre ses ténèbres neuves La mère banlieue s'éclaircit la gorge Déjà fer grogne déjà pluie cogne Et se cache sous le piétonnement Sombre et froide encore la cuisine A gardé l'odeur de cardamome J'y retrouve donnant sur le vide Une parole passerelle rompue Dans l'apesanteur des grands...

Publié le 03/11/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Alain LANCE un peu de TERRE

Avec plus de 6 mois d'avance, un poème parfaitement d'actualité : Vingt-six avril À présent si lourd Ton corps muet Malmené Pour l'ultime habillage Mal entendu Sans ombre à présent Sans fièvre plus jamais Alain LANCE, Obsidiane & Le temps qu'il fait, 2000 Mais pourquoi attendre davantage ?  

Publié le 21/10/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

QUAND J'ÉCRIS

Quand j'écris Remonter la colonne des mots Groupes d'antennes et de queues courtes Sous les mots rien Que ce papier extra song Posé sur la table Parquet Ciment Plus bas ce n'est qu'une cave sournoise Sous laquelle tuyaux canalisations criblent Tout un sous-sol qui lentement écrase Des bouches...

Publié le 28/05/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

NUIT NOIRE

La nuit prochaine sera sans lune. Un poème de circonstance, donc : Noir Parfois des choses À l'étale de la nuit Sont reprises par l'avide attraction La chute est limitée Le plancher résiste Mais du puits de l'enfance Tu remontes un seau de peur Alain LANCE, Obsidiane & Le...

Publié le 24/05/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

HÉRISSON PARTOUT !

Puisque l'idée d'un plagiat nous répugne, il reste à s'étonner des parentés de vues qu'ont parfois les poètes. Que fait donc par exemple ce facétieux hérisson dans ces deux textes, associé à la faible lueur, soit d'une ampoule, soit des étoiles ? Jour de colère Charcuterie d'orage Aux tours des fausses villes Le vent panique braque...

Publié le 19/05/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

La SOLITUDE du MERCENAIRE

  Complainte mercenaire   On drise du garrou Du Krabok au Gouento Du Pouldin au Samanque   On guelle ses varnacheries De flèque en chouze À s'en vrager les frattes   Cinquante-huit zaonires à gretter l'époubranche À crabiner sous le faiche et la nora Dans la crachaigne des boguls zafarans   Et personne ne nous comprend !...

Publié le 12/04/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Alain LANCE évoque ROUEN, sa ville:

      "Ville où je reviendrai plus tard, mais pourquoi y parlait-on si souvent de sa rivale régionale? Le Havre demeura longtemps une énigme pour moi, son nom prononcé avec l'accent normand dessinait dans mon esprit des amas de gravats, de hauts murs froids devenus verdâtres en leur base, peut-être à force de prendre l'eau par les caves. Rien de la brise océane, mais un...

Publié le 03/04/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

À QUOI SERT L'ART?

  GOETHE aurait écrit: Si vous peignez un chien qui ressemble à un chien, vous aurez deux chiens mais pas une oeuvre d'art.   Eh oui! L'artiste ajoute à la nature. Sinon, à quoi bon. On peut même dire avec Alain LANCE, tiré d'un poème de son recueil "Ouvert pour inventaire", que L'art met son beurre sur les épines.    

Publié le 31/03/2009 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Page : 1