Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : stéphane bouquet

Tags relatifs

Dernières notes

Peter Gizzi, « Chansons du seuil »

Stéphane Bouquet & Peter Gizzi, lecture à Double Change, le 29 mai 2012 https://www.youtube.com/watch?v=wGBbgC4jzjI   « CLAIR DE LUNE & VIEILLES DENTELLES d’après Blakelock   Et quand je suis mort j’ai rejoint un clair de lune peint vers la fin du XIX ème . Me voici clignant des yeux dans les verts, les violets. D’abord un...

Publié le 11/07/2017 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Peter Gizzi, Chansons du seuil

                                              Micro explosion   Juste une petite chanson avec un soupçon de méchanceté. Un micro chardon sous la ceinture.   C’est ça, tu vois, ce pincement au sein du céruléen fabuleux.   Ne t’enfuis pas....

Publié le 29/04/2017 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Peter Gizzi, L'Externationale ; traduction Stéphane Bouquet

La mémoire humaine est organique   Nous savons que le temps est une vague. On voit ça dans le gneiss, migmatique ou autre, tout s’effrite. Ne désespérez pas. C’est le message gelé dans les vieilles pierres. Je suis juste un visiteur de ce monde un intrus qui se dirige vraiment loin dans la glace. Moi, me déplaçant sur une vaste étendue d’eau bien que...

Publié le 31/03/2015 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Stéphane Bouquet, Un peuple

                                                            Walt Whitman : ce qui m'a touché le plus, au début, dans Feuilles d'herbe , est la fin d'un poème — peut-être bien Song of Myself . Chanson de moi-même : je suis là, je vous attends...

Publié le 02/12/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Peter Gizzi, L'externationale, traduction de Stéphane Bouquet

Samedi et son potentiel festonné   Les visages au contraire de la météo ne reviennent jamais peu importe à quel point ils ressemblent à la pluie   Dans ce théâtre, le temps n'est pas cruel, juste différent   Ça vous aide ?   Quand le trop large couloir aérien se calme les humains s'apaisent   Quand la notion de...

Publié le 09/04/2013 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Paul Blackburn, Villes, suivi de Journaux

La proposition     Après qu'elle s'est plainte des hommes pendant une bonne heure à la mère de sa copine elle rendait visite à sa copine et à la mère de sa copine à la campagne, son amie était sortie chercher le chat et elle continuait la ré- pétitive lamentation que la mère de sa copine écoutait...

Publié le 06/11/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1