Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : sidney lumet

Tags relatifs

Dernières notes

Le prince de New-York : Sidney Lumet 1924 - 2011

Sidney Lumet dirige Treat Williams sur le plateau de Prince of the city (1980). Photographie A certain cinema , qui propose une bien belle galerie de photographies de tournage du réalisateur disparu.

Publié le 12/04/2011 dans Inisfree par Vincent JOURDAN | Lire la suite...

Before the Devil Knows You're Dead

SIDNEY LUMET 25 juin 1924 - 9 avril 2011 Rarement une liste de titres de films aura aussi bien résumé une impressionnante et exemplaire carrière qui démarre par un choc unanimement encensé par la critique et le public et porté par un Henry Fonda très en forme, un des "Douze hommes en colère". 60 années pour réaliser 50 films dont certains inoubliables, à avoir fait...

Publié le 10/04/2011 dans Sur la Route... par Pascale | Lire la suite...

The Offence (1972)

Pour accéder à la chronique, cliquez sur l'image ci-dessous :

Publié le 28/09/2009 dans Le film... par Raphaël Joly | Lire la suite...

7h58...

Comme le titre original américain est "Before the devil knows you're dead", et qu'il constitue un dicton intraduisible en français, le titre français justement a donné ceci : "07h58 ce samedi-là", rien à voir donc avec le dicton irlandais : "May you be in heaven before the devil knows you're dead". Du coup, la substance et la nuance sémantique du titre   sont bafouées, comme ce fut...

Publié le 16/10/2007 dans eklektik par centrifuge | Lire la suite...

In the mood for news (2): semaine du 26 septembre 2007

L’info théâtre de la semaine Il y a deux ans, je vous avais vivement recommandé la pièce de Florian Zeller intitulée « L’Autre » ( pour lire ma critique de cette pièce, cliquez ici) . Elle reprend à partir du 2 octobre au Studio des Champs Elysées dans le 8ème (Informations :   01 53 23 99 19  et  www.comediedeschampselysees.com ). Seul...

Publié le 25/09/2007 dans IN THE MOOD... par Sandra Mézière | Lire la suite...

Les hommages du 33ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Comme chaque année, les hommages constituent un des temps forts du festival. A cette occasion les plus grands réalisateurs américains et les plus grandes stars d'Outre-Atlantique ont foulé les planches deauvillaises et la scène du CID.  Cette année, le festival rendra hommage à Sidney Lumet ( voir article ici ), Sigourney Weaver, Michael Douglas en leurs présences...

Publié le 27/08/2007 dans IN THE MOOD... par Sandra Mézière | Lire la suite...

Premières du Festival 2007: une programmation alléchante et diversifiée

Pour cette 33ème édition le Festival a retrouvé, semble-t-il, sa capacité à créer l'événement et à résister à l'ombre vénitienne notamment en programmant des Premières très attendues ou en faisant revenir des habitués des Planches comme Paul Haggis (qui avait obtenu le Grand Prix  à Deauville en 2005 pour "Collision"), Michael Douglas (à qui le festival...

Publié le 24/08/2007 dans IN THE MOOD... par Sandra Mézière | Lire la suite...

Hommage à Sidney Lumet en sa présence

  Né le 25 juin 1924 à Philadelphie en Pennsylvanie, d’un père acteur et d’une mère danseuse, Sidney Lumet débute sur les planches à l’âge de cinq ans au sein du Yiddish Art Theater de New York. Après avoir fait de nombreuses représentations dans des productions à Broadway, il fonde en 1947 une troupe de théâtre Off Broadway avec des comédiens formés par Lee Strasberg, comme Yul...

Publié le 18/07/2007 dans IN THE MOOD... par Sandra Mézière | Lire la suite...

Un bon Diesel

Un siècle qu'on attendait un bon film avec pour vedette Vin Diesel. L'acteur bodybuildé, aux allures de taulard endurci, sorte de musclor sans foi ni loi était jusqu'ici confiné à des rôles de dur à cuir, lorsqu'on faisait appel à lui (il ne totalise pas plus de 15 longs métrages). Si Pitch black (2001) était pas mal du tout, le reste des films qui le portèrent à l'affiche, étaient...

Publié le 13/09/2006 dans eklektik par centrifuge | Lire la suite...

Page : 1