Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : rené sieffert

Tags relatifs

Dernières notes

Bashô, « Journaux de voyage »

  «  Notes d’un voyage à Sarashina   Au village de Sarashina aller voir la lune sur le mont Obasuté, voici ce qu’avec insistance me suggère le vent d’automne dont le souffle agite mon cœur, et un autre partage avec moi le goût du vent et des nuages, celui qui a nom Etsujin. La route de Kiso passe au profond des montagnes, raides en sont les chemins ;...

Publié le 12/08/2019 dans Un... par Claude Chambard | Lire la suite...

Bashô (2), Jours d'hiver, traduction de René Sieffert,

Une ombre noire dans le petit matin blême attise la flamme   Jusqu'aux fleurs des champs butine le papillon aux ailes froissées   Sortie de sa manche il ouvre son écritoire à l'ombre des monts   Joyeusement gazouille l'alouette tire-lire-li   Lune de trois jours dans le ciel noir du levant la voix de la cloche...

Publié le 07/04/2014 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Du degré de la maturité

Masque nô, époque d'Edo (1603-1867), vieillard dansant (dieu ou âme tourmentée)       A propos de style dans notre art : il arrive qu’un habile , parvenu au sommet du talent, à un degré mental qui est celui de la maturité , présente de temps à autre un style aberrant, et il arrive aussi que les débutants l’imitent sur ce point. Ce style...

Publié le 15/07/2012 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

Pochade

« Oublier les principes. Les assimiler au point de les oublier. » Copeau       J’ai écrit la pièce assez lentement et sans effort, me distrayant une semaine à cette activité, quoique pas plus d’une heure ou deux par jour. Je m’arrêtais chaque fois avant de buter, avant le point où bientôt je ne verrai plus où emmener l’improvisade. Légère avance...

Publié le 16/12/2011 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

Bashô, Jours d'hiver, traduction de René Sieffert

Une ombre noire dans le petit matin blême attise la flamme   Rossignol réveille-toi la chandelle est allumée   Lune de trois jours dans le ciel noir du levant la voix de la cloche   Au jour de la lune pleine que pareil soit mon destin   Auprès du foyer sans feu on croit voir le disparu   On pleure les fleurs qui...

Publié le 14/12/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Junichiro Tanizaki, Éloge de l'ombre

             Tous les pays du monde ont certes dû rechercher des accords de couleurs entre les mets, la vaisselle et même les murs ; la cuisine japonaise en tout cas, si elle est servie dans un endroit trop bien éclairé, dans de la vaisselle à dominante blanche, en perd la moitié de son attrait. La soupe au miso rouge, par exemple, que nous...

Publié le 19/07/2011 dans litteratured... par Littérature de partout | Lire la suite...

Page : 1