Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : maxime du camp

Tags relatifs

Dernières notes

Le godemichet de la gloire : la colonne Vendôme

" Un monument de barbarie, un symbole de force brutale et de fausse gloire, une affirmation du militarisme, une négation du droit international, une insulte permanente des vainqueurs aux vaincus, un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité" ( La Commune)   E. Rouargue. 1846 La place Vendôme s'ornait le 10 août 1792 d'une...

Publié le 27/04/2015 dans Zèbres en... par ZEC & Cie | Lire la suite...

BAUDELAIRE, L’ANTI-POÈTE DES MIDINETTES

Ce que j’aime chez Baudelaire (1821-1867), c’est qu’il est aux antipodes de l’image vulgaire que les midinettes se font du Pohèèète, ce « synonyme noble de nigaud » comme dit le  Dictionnaire des idées reçues . Tous les clichés puérils que gobent les pétasses qui ramènent la Poésie à une zolie évocation des fleurs et des petits zoiseaux, Baudelaire en a pris rageusement le...

Publié le 30/08/2013 dans Dernière gerbe par Le déclinologue | Lire la suite...

Gustave Flaubert et Maxime Du Camp : Nous allions à l’aventure par les champs et par les grèves

Au printemps 1847, Gustave Flaubert et son ami Maxime Du Camp (photographe et écrivain), partent pour deux mois sillonner la France, des bords de Loire à la Normandie en passant parla Bretagne. Cevoyage doit leur permettre d’écrire un ouvrage commun où chacun rédigera son chapitre, Flaubert les impairs et Du Camp les paires. Le présent ouvrage, extrait de leur livre, ne relate que la...

Publié le 13/10/2012 dans Le Bouquineur par Le Bouquineur | Lire la suite...

Page : 1