Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : françois villon

Tags relatifs

Dernières notes

Ephéméride du 8 avril

Le  Krak des Chevaliers   819 : Louis le Pieux signe la Charte de fondation de l'Abbaye de Conques   http://www.mondaye.com/les-prieures/sainte-foy-de-conques/bienvenue L'abbaye est, par ailleurs, au coeur d'un village qui fait partie du réseau des Plus beaux villages de France :...

Publié le 08/04/2019 dans LAFAUTEAROUS... par lafautearousseau royaliste | Lire la suite...

EFFLORESCENCE

Ce qu'il advient du vivant : mou et un peu gluant dans un premier temps (voir ici 12 octobre). Photographie Frédéric Chambe. « Quand de la chair que trop avons nourrie, Elle est piéçà dévorée et pourrie, Et nous les os devenons cendre et poudre. Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ». F. V. (Je n'oublie jamais que le poème commence par : « Frères...

Publié le 21/10/2016 dans ALEXIPHARMAQ... par fredlautre | Lire la suite...

DCCCLXVIII. - Ballade...

Où un réseau-social, ayant mis sous les yeux de l'Auteur une photo qu'il prit d'un immeuble voisin il y a cinq ans de cela, pense au temps et à des poètes pendus sur un verre de rosé. Dites-moi où, n'en quel pays, Est Tomek le beau Polonais, Monsieur Dalloway, et la truie Qu'une nuité on besognait, Morgan, parlant quant bruit on mène Dessus concert ou sur écran, Qui fumée fit plus que...

Publié le 04/08/2015 dans Comme un... par Xanadu | Lire la suite...

François Villon (parlant français - enfants non admis)

Ici , Jean-Paul Bourre vous raconte François Villon mieux que... qui ? Qui pour vous parler de Villon, aujourd'hui ? On a les super-héros que l'on mérite.  

Publié le 11/02/2014 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

Incertain

"Rien ne m'est sûr que la chose incertaine." François Villon

Publié le 24/01/2014 dans Raymond... par Raymond ALCOVERE | Lire la suite...

Une anthologie de gars qui ont fait pleurer leur mère

De François Villon, " tout aux tavernes et aux filles " et devant répondre d'un " homicide de chaude mêlée " à Jean Genet , d'Apollinaire (qui ne s'en remettra pas) à Verlaine, sans oublier Brasillach (Ô, mon Dieu !) & Maurrras (re-Ô, mon Dieu !), tout un panorama d'auteurs que ne font même plus semblant de lire les profs de français d'aujourd'hui. Verlaine en prison ?...

Publié le 28/05/2013 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

« satané » langage noble

  "  Villon, Gérard de Nerval, Gongora me paraissent avec le grand Baffo, des sujets de réflexion actuelle quant à la technique poétique. Unir le langage populaire, le populaire, à une atmosphère inexprimable, à une imagerie aiguë : annexer des domaines, qui même de nos jours, paraissent incompatibles avec le « satané » langage noble qui renait sans cesse des langues...

Publié le 29/03/2013 dans Branloire... par Houdaer | Lire la suite...

Le tisserand

Paul Sérusier 1867-1927 Le Tisserand 1888 François Villon, Le Testament - XXVIII

Publié le 18/03/2010 dans SOLKO par Solko | Lire la suite...

Du temps qui passe, inexorablement

Ainsi donc revoici le solstice d'été, qui nous rappelle, certes, que revient la belle saison, mais aussi que le temps n’en finit pas de s’écouler, inexorablement. Trompeur, celui-ci prend un aspect cyclique, nous donnant l’impression d’accéder à une espèce d’éternité. Illusion, évidemment, car la ligne du temps est linéaire et nous emporte avec elle. Les poètes, même anciens, ne s’y sont pas...

Publié le 21/06/2008 dans Marche romane par Feuilly | Lire la suite...

Ballade de merci

L'un des plus fameux poèmes de François Villon, tiré du Testament écrit en 1461. Je crois me souvenir qu'il est dans le Lagarde et Michard, et que l'on a cherché à me l'apprendre en un temps où je n'étais pas foutrement moyenageux. Brassens et Pasolini étant passés par là, j'y suis plus sensible et me régale désormais de cette langue si colorée et de cet humour pré-rabelaisien. A...

Publié le 10/05/2008 dans L’Hispaniola par Vincent JOURDAN | Lire la suite...

Page : 1