Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : brouillon

Tags relatifs

Dernières notes

Carnet / Du cauchemar de l’homme nouveau

(Photo C. C-E) Les grandes peurs nées des grandes crises font toujours réapparaître la sinistre figure de l’homme nouveau. Notons d’abord que l’homme nouveau ne peut exister que dans l’imaginaire et la mythologie des sociétés totalitaires, ainsi qu’on le voit avec les différentes formes de fascismes lorsqu’elles accèdent au pouvoir avant de provoquer des catastrophes et des...

Publié le 25/04/2020 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Carnet / Portrait du personnage

Une ressemblance avec l'enseigne de vaisseau Mhorn ?   Dans l’écriture de fiction, qu’il s’agisse du roman ou de la nouvelle, la description physique d’un personnage est loin d’être une évidence. Lui tirer le portrait est-il nécessaire à la narration ? À quel moment ? Dans quel but ? Il est plus facile de s’en passer dans une nouvelle très épurée que dans un roman. On peut...

Publié le 27/03/2020 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Pas de brouillon !

S’agissant de dire mon fait au sombre idiot chaussé d’immondes godillots pour marcher (droit ?) droit sur la fille-mère et son frangin « homo » j’ouvre bien grand ma gouge et je dresse mon doigt Ah, ça non ! Je ne fais pas de brouillon S’il est question d’interroger ce pas qui vient (qui n’est pas celui de mon chien), je me méfie de ces abois sans qu’on se soit serré la main de ma propension...

Publié le 21/04/2019 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Des brouillons d'un livre à venir

          Quelque part dans le Bourbonnais , photographie : décembre 2017.          

Publié le 08/01/2018 dans Les Lettres... par Frédéric Tison | Lire la suite...

Les brouillons du livre

          Quelque part dans le Bourbonnais , photographie : décembre 2016.        

Publié le 15/09/2017 dans Les Lettres... par Frédéric Tison | Lire la suite...

Copeaux

        Victor Hugo, brouillon pour Les Travailleurs de la mer (1864), dans la maison de Victor Hugo, au 6, place des Vosges, à Paris IV, photographie : janvier 2016.      

Publié le 09/07/2016 dans Les Lettres... par Frédéric Tison | Lire la suite...

Cinq minutes et l’éternité

Se lèvent en cinq minutes Se douchent en cinq minutes S’habillent en cinq minutes Déjeunent en cinq minutes Font la vaisselle en cinq minutes Sont prêts en cinq minutes Partent en cinq minutes Sont opérationnels efficaces performants productifs en cinq minutes Réagissent en cinq minutes Ne restent aux toilettes que cinq minutes Pigent en cinq minutes...

Publié le 25/05/2014 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

À l’américaine (nocturne urbain)

Bruits de la ville de province dans la pluie   Orange rouge vert dans les gouttes sur le pare-brise   Les cloches du samedi soir et les magasins où paient et sortent les derniers clients   Certains vont à la messe et te regardent sans crainte assis dans ton auto confortable emmitouflé dans ton manteau   Ils te prendraient presque pour un des leurs...

Publié le 22/05/2014 dans LE BLOG... par Christian COTTET-EMARD | Lire la suite...

Un Manuscrit de Jane Austen aux Enchères...

   Q ue diriez-vous d'avoir un manuscrit original de Jane Austen sur vos étagères? Oui, je sais, ça fait rêver... Et pour cela, rien de plus facile, il vous suffit d'aller à Londres, le 14 Juillet, à l'occasion de la vente chez Sotheby's, et bien-sûr de posséder un petit demi-million de dollars...    Et là, vous vous dites que pour cette somme...

Publié le 31/05/2011 dans Jane Austen... par Alice | Lire la suite...

Eyes wide shut

C’est très étrange, et sans doute parfaitement ridicule ; ou du moins cela semblera tel à quiconque ne s’est jamais vraiment essayé à l’imbécile chose d’écrire. Tout descendait très bien depuis le début du mois d’août, les pages s’empilaient doucement, presque une par jour. Et tout à coup, un blanc. Plus rien. Exactement comme un trou de mémoire. J’ai passé plusieurs jours, presque...

Publié le 14/09/2010 dans Theatrum Mundi par Pascal ADAM | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant