Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : arthur cravan

Tags relatifs

Dernières notes

Mexique/Roman

   L'Amérique du Sud est un vivier artistique assez remarquable et très créatif, que ce soit pour le cinéma ou la littérature, et sans doute pour beaucoup d'autres disciplines également. Cet été, je suis par exemple allé au cinéma voir le magnifique film de l'Argentin Benjamin Naishtat, Rojo.  Cela faisait longtemps que je n'avais été autant fasciné. Pour cette rentrée...

Publié le 27/08/2019 dans Le blog de... par Jacques-Emile Miriel | Lire la suite...

Guylaine, son bestiaire, ses portraits à la galerie Feuillantine

      Exposée naguère à la défunte galerie Nuitdencre du XIe arrondissement (et aussi à l'Inlassable Galerie pour une expo liée à la revue L'Or aux 13 Iles ), la voici qui resurgit dans le Ve à la galerie Feuillantine . Auteur de nombreux dessins à l'encre noire, j'avoue que chez Guylaine, pour le peu que j'ai pu voir à travers le petit écran de la Toile, ce que...

Publié le 11/06/2014 dans Le Poignard... par Le Sciapode | Lire la suite...

AMBROSE BIERCE

On le surnommait Bitter Bierce, Bierce l’amer. Il fut un journaliste à la dent dure et un nouvelliste à l’humour très sombre. De son œuvre abondante, on a surtout retenu le Dictionnaire du Diable avec ses féroces aphorismes. Né en 1842 dans l’Ohio, Ambrose Bierce s’engagea du côté sudiste pendant la guerre de Sécession avant de livrer un combat sans pause en...

Publié le 31/08/2010 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Albatros et pigeons

J'avais de la grandeur, ô cher Missisipi Par mépris des poètes, gastéropode amer; Je partais mais quel amour dans les gares et quel sport sur la mer Record ! j'avais six ans (aurore des ventres et fraîcheur du pipi !) Et ce matin à dix heures dix le rapide qui flottait sur les rails croisait des trains limpides Et me jetait dans l'air, toboggan en plongeon C'était le cent à l'heure et...

Publié le 11/03/2010 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

EVERYTHING IS POLITICAL ❘ 10. LE PASSAGE DU CRI

Car le cri passe. Les génies de la politique s’ingénient à le faire passer. Et ça marche. Comment pouvions-nous ne pas ? Les figures qui nous attiraient étaient celles de drogués ou de fous. Nos étoiles ne menaient nulle part, sauf à briller auprès des asticots. Nous suivions avec un même intérêt la tragédie du groupe Baader. Et la revue n’était pas muette sur ce point...

Publié le 19/08/2009 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Ce que dérive dit... ( part I )

"Ce soir, quelle est ma méprise,/ Qu'avec tant de tristesse,/ tout me semble beau (...)" ARTHUR CRAVAN : "J'étais cigare". "Extr. Revue "Maintenant". Collection "le désordre" n°11. Editions Eric Losfeld 1971 Voilà ce que pensait peut-être, le poète, boxeur ARTHUR CRAVAN avant de disparaître au large du golfe du Mexique, en 1918... Une hypothèse dit qu'un corps, aux mensurations de...

Publié le 13/04/2009 dans Certains jours par Frasby | Lire la suite...

ARNAUD LABELLE-ROJOUX

  À partir de Marcel Duchamp, l’art s’éclate. Il y a ceux qui continuent de représenter sur toile de fond et tous les autres. Pour les premiers, l’art est plastique ; pour les seconds, il est physique. Reprenons : à partir de Duchamp, voire Léonard de Vinci (artiste éminemment multimédia sous le Quattrocento), l’art devient acte. Une efflorescence de...

Publié le 09/10/2006 dans GUY DAROL... par WG | Lire la suite...

Page : 1