Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : voyelles

Tags relatifs

Dernières notes

L'OISEAU (2/4)

  2, voyelles   Même sans un plumage arc-en-ciel, il étire son chant sur tout le spectre des voyelles, et d'une seule sifflante, susurre sur nos têtes les trajectoires courbes de l'aube, du soleil et aussi de la nuit qui se plient à ces inflexions hors les murs. Même la fenêtre ouverte se défait de ses angles pour laisser passer un mai de vocalises, un juin de...

Publié le 11/03/2019 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

A E E O R J G L N L

Sur un crottoir de Carpentras où je progresse à petits pas je vois bien que mon ombre jongle - merde ! me suis pété un ongle... Boh... Ma bouche le rognera (pour elle, c'est un lent régal !) Dans cette rue de Caen meurtrie avant que ferme Monoprix un dur vent sibérien m'étrangle je m'en protège un peu, à l' angle du 6 juin et Langannerie (où la vue est phénoménale !) Hier encor, en...

Publié le 18/03/2018 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

If hurles...

La plage avait le ventre plat la lèvre humide et le front bas Une guitare entre mes bras invoquait d'autres entrelacs Je regardais mouiller tes yeux L'été demeurait indécis entre bonheur et nostalgie nous y jouions notre partie au gré de sourires sans prix J'espérais de toi, un brave "oh !" La nuit qui n'en finissait plus réclamait de nous un bain nu Des grains de sable plein le cul...

Publié le 15/01/2018 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

OHÉ !

  Du bateau, par temps de brume (surtout si l’on peine à trouver babord) on éprouve le besoin de vocaliser : ohé ! hé oh ! Ainsi par le mal on tente de remédier au mal la nuée étant elle-même presque toute de voyelles   Un traitement allopathique serait à expérimenter plutôt que l’homéo- une vocifération de gutturales, dentales et sifflantes...

Publié le 27/04/2016 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Yehuda AMICHAÏ : LANGUE ÉTRANGÈRE

  Je veux vivre jusqu'à ce que les mots de ma bouche ne soient plus que voyelles et consonnes, peut-être seulement des voyelles, seulement de douces sonorités, l'âme qui est en moi reste la dernière langue étrangère que j'apprends. ...     Yehuda AMICHAÏ , début fin début, Ed. de l'éclat, 2001, Trad. Michel Eckhard-Elial.    

Publié le 21/07/2015 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

PENCHANT POUR LE FLOU

        Comment venir à l'hébreu ? par un penchant pour le flou, d'une langue où les voyelles sont fioritures et changent leurs teintes au fil de l'eau où les consonnes n'ont besoin ni des lèvres ni des dents pour saisir le monde où les verbes, de racines communes produisent des essences paradoxales    

Publié le 05/06/2015 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Le SONNET des FOOTBALLEURS

les voyelles de Rimbaud, toujours contestées - A noir, I rouge, U vert - on les aurait aimées violines, ou autres c'est un destin de footballeur, Sakho, Rémy, Valbuena sont aussi dénigrés, ou jugés pas assez verts soixante millions de sélectionneurs et presque autant de poètes ?

Publié le 13/06/2014 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Voyelles, d'Arthur Rimbaud

      A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A, noir corset velu des mouches éclatantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles, Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes, Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ; I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles Dans la...

Publié le 07/06/2011 dans vivelescouleurs par DH | Lire la suite...

Jacques IZOARD et la LANTERNE

    Pour l'Ascension, un texte aérien :   Poème vide où l'air ne fait que passer... Petite lanterne éclaire l'os creux, la cavité. S'inscrivent hiéroglyphes ou mille voyelles d'eau. Jacques IZOARD , Dormir sept ans, La Différence, 2001.    

Publié le 03/06/2011 dans Sur du vent par SUR du VENT par Henri CHEVIGNARD | Lire la suite...

Le blog en vacances : Voyelles

O Bleu Yves Klein : «  « D’abord il n’y a rien, ensuite il y a un rien profond, puis une profondeur bleue » (d’après Gaston Bachelard)  »

Publié le 08/08/2008 dans WILLEMS... par Jean-Pierre WILLEMS | Lire la suite...

Page : 1 2 Suivant