Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créez votre blog gratuit ou pro

Je crée mon blog Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère Explorez la blogosphère

Notes sur le tag : laforgue

Tags relatifs

Dernières notes

Regain ? partir debout !

La maison reverdit sa façade de pierre... Épaissi, le mystère autour de ses huisseries loge une bourgeoise aux armes insulaires où la rose trémière accuse le bleu-gris Là, vibre un lent soupir alourdi de vertus qu'écrase la sourdine en cuivre d'un Steiner La saison est connue pour faire les yeux doux pourtant qu'un vent d'orient lui a gercé la lèvre Il se peut qu'un faucheux en ait gâté la...

Publié le 13/05/2019 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

malassila

Le livre m'est tombé des mains comme une pierre, Pierre Ta maison s'est fermée, hier sans prévenir Je marche, à nouveau, sur la terre le verbe au poing « C'est vrai qu'on est mal assis, là » crozine fière, Pauline... (au loin mystère) Des mots, denses, devant moi forment un fringuant rigodon J'y raccorde mon pas, mon nom d’anciennes peurs fanées pis qu’un bouquet de pleurs Et voilà, ça...

Publié le 22/01/2019 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

adada

Quand on allait chez Dada à la sortie du cours de champ' on entrait avec, au bras qui son mignon et qui sa vampe   Lui, c'est le N'importe Quoi porté aux frontières du sens les yeux nus au bout des doigts la Paix seule pour exigence   J'ai pris le parti de Là! pour me présenter au tableau au galop sur mon dada au vent ma cape de Zéro   Pierre m'a donné le La pour...

Publié le 18/01/2015 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

La terre est ronde comme un pot-au-feu (Jules Laforgue - supplément de rattrapage)

Monsieur Laforgue, N'allez pas penser que je vous snobe, que je vous ai relégué au second plan, que je vous ai largué pour un autre jules, un quelconque joueur d'orgue débutant. N'imaginez pas non plus que votre poésie m'ennuie, que votre prose se nécrose, que votre spleen, votre langueur et votre jeune mort m'ont répugné, qu'un autre poète rigoureusement optimiste m'aura séduite sous des...

Publié le 23/04/2013 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

1000ème note

Emotion, amis de passage sur cet espace, voici la millième note publiée depuis son ouverture, il y a de ça - fiou !... déjà ! Les Impromptus Littéraires sont à l'honneur, dans ce millésime, auxquels je dois un vital soutien, pour la fraîcheur de l'accueil qu'ils me réservent sur leur site d'écriture ludique. J'adresse un sourire cordial aux plus fidèles lecteurs et lectrices de...

Publié le 11/12/2012 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

hommages

PAUVRE MERCURE (à Laforgue) Non, pas dimanche, je vous prie pas dimanche, merci ! Ça va, j'en ai des pianos dans la tête ma tête comme une girouette avec le nord en moins - trop loin, et puis trop gris, et puis trop froid, pas bon pour moi et mes myriades de machins minuscul’s et malades. Lundi ? ...vous êtes occupée, tant pis. Voulez-vous que nous disions Mercure ? Allons, allons,...

Publié le 01/11/2009 dans paVupApRi par tiniak | Lire la suite...

Oh ! qu'une, d'Elle-même, un beau soir, sût venir

Oh ! qu'une, d'Elle-même, un beau soir, sût venir La main droite pour désigner les mots, la main gauche pour désigner les choses Rien ne finit, rien ne commence Sa place était chez moi.   ( Laforgue, Macé, De Lisle, Lubin )

Publié le 13/04/2008 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

Ni bruit d'aile, ni sons d'eau vive, ni murmures...

Ni bruit d'aile, ni sons d'eau vive, ni murmures ; Ô Lune, coule dans mes veines Celles qui saignent longuement Les miroirs de maintenant sont encombrés de souvenirs plus vrais que nature.   ( Leconte de Lisle, Jules Laforgue, Armen Lubin, Gérard Macé )

Publié le 04/04/2008 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

Petites misères d'hiver

Pour compenser un peu le temps qu'il fait (car je ne sais pas chez vous, mais par chez moi, c'est avis de tempête déclaré) : Vers les libellules D'un crêpe si blanc des baisers Qui frémissent de se poser, Venus de si loin, sur leurs bouts cicatrisés, Ces seins, déjà fondants, ondulent D'un air somnambule... Et cet air enlise Dans le défoncé des divans Rembourrés d'eiders...

Publié le 15/01/2008 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

La chanson du petit hypertrophique

Publié le 15/01/2007 dans livres,... par absolu | Lire la suite...

Page : 1